Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
LYFtv-Loisirs
Nombre de messages : 160
Age : 54
Date d'inscription : 17/04/2012
http://www.lyon-panoramas.fr


Booking : proposez votre établissement ici Réservez une chambre ou un appartement ici :

Booking.com


 Abonnez vous ! :




 Abonnez vous ! :


Ipsos : les sites de rencontre rajeunissent leur public et passent aux applications mobiles

le Mar 6 Fév - 12:45
LES CHIFFRES CLÉS DE L'ENQUETE
Vingt ans après le lancement du premier site de rencontre en France, leur fréquentation constitue une pratique de plus en plus répandue : un Français sur quatre (26%) déclare s'être déjà inscrit au moins une fois sur un site ou une application de rencontre, soit une proportion qui a plus que doublé depuis la première mesure réalisée dans l'hexagone il y a une douzaine d'années (11% en 2006). 
La comparaison de ces résultats avec ceux d'autres enquêtes de référence (ex : CSF 2006, EPIC 2013...) met à jour une forte progression de l'usage des sites de rencontre depuis 2011 (+ 10 points entre 2011 et 2017), sans doute sous l'effet de la généralisation de l'usage du web dans la population (+ 12 points durant la même période) et l'explosion du taux d'équipement en smartphones (+ 56 points) et en tablettes (+ 40 points).
L'actualité parisienne en vidéos :

Il est vrai que la fréquentation de ces espaces numériques passe de plus en plus par celle de leurs supports sur mobile ou tablette : 15% des Français admettent avoir déjà utilisé au moins une application de rencontre, soit un taux qui se rapproche progressivement du nombre de personnes en ayant fait l'expérience via un site web classique (22%).
Avec la généralisation des outils numériques a?? toutes les couches de la population, les différences sociales d'accès aux sites de rencontre ont donc profondément reculé. Comme d'autres lieux de rencontre ouverts a?? tous (ex : bal, rue, café??,...), les sites de rencontre sont même désormais plus investis par les hommes des catégories populaires (42% des ouvriers et employés) que par les cadres et professions intellectuelles supérieures (33%) .
Et cette démocratisation est loin d'être contradictoire avec le positionnement « haut de gamme » adopté par certains sites. Au contraire, dans le cadre d'un mouvement de segmentation du marché du dating, ce discours marketing en est plutôt la conséquence : la popularisation des sites généralistes « grand public » ayant favorisé la multiplication de sites de « niche » constituant pour les Français à fort capital économique ou culturel des enclaves recréant des nouvelles formes d'« entre soi ».
Très logiquement, l'enquête met à jour la plus grande difficulté des hommes hétérosexuels à y rencontrer quelqu'un in real life (seuls 48% d'entre eux y sont parvenus), en particulier lorsqu'ils ont plus de 50 ans (43%), qu'ils résident en milieu rural (41%) et qu'ils affichent un faible capital culturel (39% des non-bacheliers) ou une position en bas de l'échelle sociale : seuls 51% des employés et ouvriers ont déjà obtenus une date, contre 57% des hommes CSP +.
A l'inverse, rencontrer quelqu'un en vrai semble plus aisé aux femmes (63% y sont parvenues en moyenne), notamment pour les trentenaires (80%), les habitantes de l'agglomération parisienne (73%) et les lesbiennes (90%). Dans la gent féminine, les logiques de discriminations sociales semblent toutefois différentes : les femmes cadres (52%) ou diplômées d'un 2ème cycle (50%) étant moins nombreuses que la moyenne (63%) à réussir à rencontrer quelqu'un en vrai via ce genre d'outils.
Au total, les sites de rencontre susciteraient ainsi moins « d'aventures purement sexuelles » (29%) que de relations affectives : 39% de leurs membres déclarant y avoir connu au moins « une relation amoureuse ». Une partie significative des relations nouées sur ces sites comprendrait donc une réelle dimension sentimentale ou affective, peut-être parce que la promesse d'y trouver l'âme sœur et la disposition à s'enflammer pour quelqu'un y sont plus grandes que sur le marché amoureux ordinaire.
De gros écarts en fonction du sexe persistent toutefois sur ce point : les femmes, généralement plus réticences à assumer des rapports sexuels en dehors d'un cadre affectif ou conjugal stable, admettent toujours moins (23%) que les hommes (32%) y avoir eu une aventure purement sexuelle. Signe d'une plus grande romantisation de la sexualité féminine, elles sont à l'inverse sensiblement plus nombreuses (42%) que les hommes (36%) à rapporter y avoir noué des relations amoureuses.
Il faut dire qu'en offrant à leurs membres un nombre infini de possibilités de rencontre dans le cadre d'un anonymat quasi-total, ces sites constituent un environnement des plus favorables au recrutement de partenaires occasionnels, notamment pour les femmes qui peuvent y multiplier les rencontres purement sexuelles loin du regard de leur entourage. Ces sites s'imposent donc des lieux de rencontre où la sexualité peut être débarrassée de toute implication autre qu'elle-même.
Ce genre d'expérience reste toutefois moins dicible dans la gent féminine que masculine, sans doute a?? cause des réticences des femmes a?? transgresser les normes selon lesquelles la sexualité féminine ne serait légitime que dans un cadre affectif ou durable. Ainsi, si les trois quarts des hommes ayant déjà trouvé un partenaire via un site admettent y avoir de??ja?? eu « une aventure sans lendemain » (72%), les femmes ne sont que 47% dans ce cas.
Ces résultats tendraient ainsi à confirmer l'idée selon laquelle l'abondance de partenaires sexuels potentiels sur ces sites aurait un impact sur la psychologie - notamment masculine - en rendant inutile l'engagement dans une relation exclusive. Certes, ce genre de comportements n'est pas exclusivement masculin mais on note bien que le succès des sites de rencontres favorise l'affirmation d'un modèle de « fuckboy » refusant de se contenter d'un(e) seul(e) partenaire sexuel en même temps.
Ces sites apparaissent ainsi comme un outil particulièrement adapté à la pratique d'une sexualité purement récréative, centrée sur l'épanouissement sexuel plutôt que sur les contraintes du couple. Chez certains, le maintien d'un profil sur un site apparait ainsi comme un moyen de « laisser la porte ouverte » à une rencontre avec un meilleur partenaire, symptomatique du syndrome de « la peur de manquer quelque chose » (fear of missing out) particulièrement présente sur les réseaux sociaux.
Bien décrite dans la BD "Love addict" de Koren Shadmi, cette dépendance a donc déjà été ressentie directement ou indirectement par près de trois utilisateurs sur dix (29%). Affectant plus d'hommes (19%) que de femmes (12%), le sentiment personnel d'addiction s'avère quant à lui très fort aux âges où l'on cherche moins à se mettre en couple qu'à multiplier les expériences : 23% chez les trentenaires (30-39 ans), jusqu'à 27% chez les hommes de cet âge.

Les vidéos LYFtvNews les plus populaires cette semaine :

**************

Ndlr : les articles - même en partie - publicitaires sont modérés si ils ne respectent pas les Conditions Générales d'Utilisation (C.G.U) du forum :Si vous souhaitez promouvoir une marque, une institution ou une organisation, nous vous invitons à  cliquer ici et à vous inscrire comme annonceur sur la plateforme SeedingUp, notre partenaire. Vous pourrez  alors définir parmi les différentes propositions votre formule d'annonce (lien hypertexte, vidéo, article sponsorisé, campagne réseaux sociaux...) et choisir de la publier sur ce forum ou sur d'autres sites partenaires en fonctionde votre cible géographique ou thématique. SeedingUp est une plateforme fiable de mise en relation entre professionnels de la communication, blogueurs et médias.

Retrouvez LYFtvNews sur Instagram :


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous êtes le

ème
visiteur

Nous écrire

Mentions légales














Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique :