LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


LYFtvForum
LYFtvForum
Admin
Nombre de messages : 1893
Age : 58
Date d'inscription : 04/05/2015
https://www.lyftvnews.com/forum
07112022
 Étude IFOP sur les midterms aux Etats Unis : Alors même que les « midterms elections » sont traditionnellement défavorables au président en place, l’impopularité actuelle du locataire de la Maison-Blanche va-t-elle jouer contre son camp dans un contexte où les enjeux du scrutin semblent dominés par l’inflation et des thèmes favorables aux Républicains comme l’immigration et l’insécurité ?
A l'heure où les instituts de sondage américains pronostiquent une victoire des républicains à la Chambre des représentants  – la bataille du Sénat étant elle plus indécise –, l’Ifop publie une enquête portant sur les divers indicateurs d’opinion - tels que la popularité de l’exécutif ou les enjeux du vote - qui incitent à penser que les démocrates auront de grande difficultés à conserver leur majorité à la Chambre basse.
Réalisée par l’Ifop pour le site d’information et de conseils voyages Partir à New York, cette étude menée auprès d’un échantillon national représentatif de 1550 Américains, s’avère riche en enseignements pour tous les observateurs de la société américaine, notamment parce qu’au-delà des effets d’une conjoncture marquée par la crise migratoire à la frontière sud, le scrutin active le clivage "Anywhere" / "Somewhere" dans le rapport que les Américains entretiennent au monde et aux étrangers.
Les chiffres clés de l’étude
1 - Avec 50% de mauvaises opinions, Joe Biden affiche à peu près le même degré d’impopularité que Barack Obama (48%) et Donald Trump (52%) au milieu de leur premier mandat, impopularité qui leur avait valu à tous les deux de perdre leur majorité à la Chambre (- 63 sièges pour Barack Obama en 2010, - 42 sièges pour Donald Trump en 2018).


2 - A peine un Américain sur trois (33%) soutient l’intention exprimée récemment par Joe Biden de se représenter en 2024 (cf interview à MSNBC), sachant que cette perspective est loin de susciter l’enthousiasme dans son propre camp : seulement un sympathisant démocrate sur deux (56%) le soutiendrait dans cette démarche.


3 - L’ancien sénateur du Delaware souffre cruellement de la comparaison avec ces deux prédécesseurs républicains et démocrates : à peine 12% d’Américains estiment que Joe Biden est le président des quarante dernières années qui a le meilleur bilan après deux ans de mandat, soit deux fois moins que Barack Obama (27%) ou Donald Trump (25%).



4 - Et le locataire actuel de la Maison-Blanche pâtit tout particulièrement de la comparaison avec Donald Trump. En effet, une majorité d’Américains estime qu’il gère moins bien que son prédécesseur l’inflation (59%) mais aussi les problèmes migratoires en provenance du Mexique (51%) ou la lutte contre l’insécurité (47%).



5 - Il faut dire que si le spectre du trumpisme pèse encore autant, c'est peut-être parce que Joe Biden souffre toujours d’un fort déficit de légitimité au regard des conditions de son élection : un tiers des Américains (33%) – et jusqu’à 67% des électeurs Trump de 2020 – estiment que c'est Donal Trump le véritable vainqueur de l’élection présidentielle.



6 - L'issue du scrutin des midterms s’avère d’autant plus compliquée pour le président qu’elle ne suscite pas pour l’heure autant d’intérêt que celle de 2018 : 58% seulement des Américains jugent très important de savoir quel parti remportera le contrôle du Congrès, soit 4 points de moins qu’en août 2018 (62% selon Pew Research Center).

 
7 - Dernier élément incitant à être prudent sur les chances de victoire des démocrates : les enjeux du scrutin sont aujourd'hui dominés par des thématiques favorables aux républicains comme l’économie (n°1 - 81%, +4 points depuis août 2022), la criminalité (n°2 - 66%, +6 points depuis août 2022) ou l’immigration (n°5 - 52%, +4 points).


Les principaux enseignements de l'enquête
A - L’impopularité actuelle de Joe Biden pèse sur les chances de victoire des candidats démocrates

1 - Alors que les quatre dernières « midterms » ont toutes été défavorables au camp du président à la Chambre des représentants, le scrutin du 8 novembre arrive dans un contexte où l’impopularité de Joe Biden ne peut que plomber les chances des candidats démocrates : à peine 41% des électeurs américains approuvent la façon dont il gère ses fonctions de président, soit nettement en deçà du taux de popularité du dernier président (George W. Bush) ayant réussi l’exploit de gagner les « midterms » (68% en octobre 2002 selon Gallup). Avec 50% de mauvaises opinions, le locataire actuel de la Maison-Blanche affiche la même impopularité que ses prédécesseurs au milieu de leur premier mandat (Donald Trump à 52% en 2018, Barack Obama à 48% en 2010), impopularité qui leur avait valu de perdre leur majorité à la Chambre (- 63 sièges pour Barack Obama en 2010, - 42 sièges pour Donald Trump en 2018).
2 - Dans ce contexte de défiance envers le président démocrate, peu d’Américains souhaitent que « Joe Biden se présente à sa succession à la fin de son mandat en 2024 ». En effet, à peine un tiers d’entre eux (33%) le soutiennent dans l’intention qu’il a exprimée récemment dans une interview accordée aux journalistes de MSNBC. Et le plus préoccupant pour lui est que cette perspective est loin de susciter l’enthousiasme dans son propre camp : à peine plus d’un sympathisant démocrate sur deux (56%) souhaitent qu’il se représente en 2024.
3 – Quant à l’hypothèse Kamala Harris, évoquée au temps où elle concentrait beaucoup d’espoirs, elle apparaît désormais totalement dépassée… A peine trois Américains sur dix (31%) souhaitent aujourd'hui que « Joe Biden se retire avant la fin de son mandat au profit de sa vice-présidente Kamala Harris ». Mais dans la mesure où Kamala Harris est l’un des vice-présidents les plus impopulaires de l’histoire des États-Unis, ces résultats semblent moins un signe de confiance envers le président que le reflet de défiance des électeurs envers une femme qui a échoué à se bâtir une stature politique depuis son accession à la vice-présidence.
B - Joe Biden souffre de l’ombre de ses prédécesseurs, et tout particulièrement de celle de Donald Trump
4 - L’ancien sénateur du Delaware souffre cruellement de la comparaison avec ces deux prédécesseurs républicains et démocrates si l’on en juge par la très faible proportion d’Américains estimant que Joe Biden est le président des quarante dernières années qui a le meilleur bilan après deux ans de mandat : à peine 12%, soit deux fois moins que Barack Obama (27%) ou Donald Trump (25%). Il est même devancé par Ronald Reagan (18%) et fait jeu égal avec Bill Clinton (10%) qui, il faut le rappeler, avait essuyé une cuisante défaite aux midterms de 1994 (- 54 sièges).
5 – Et le locataire actuel de la Maison-Blanche pâtit tout particulièrement de la comparaison avec Donald Trump. En effet, à l’heure où les prix du carburant (autour de 4 dollars le gallon) s’imposent comme le thème numéro un du scrutin, une majorité d’Américains (59%) estime qu’il gère moins bien l’inflation que ce qu’aurait pu faire Donald Trump. De même, dans un contexte marqué par l’explosion du nombre d’immigrants illégaux interceptés à la frontière sud (+ 1 million par rapport à l’an dernier), 51% considèrent qu’il gère moins bien les problèmes migratoires en provenance du Mexique que ce qu'aurait pu faire le défenseur du « beau grand mur ».
6 - Un des facteurs structurels de cette impopularité tient sans doute au fait que l’ancien sénateur du Delaware souffre toujours d’un fort déficit de légitimité au regard des conditions de son élection en 2020 : un tiers des personnes interrogées (33%) – et jusqu’à 67% des électeurs Trump de l’élection présidentielle – estiment que Donal Trump est le véritable vainqueur de l’élection de 2020. Et cette proportion est loin de décroître si on la compare à une mesure du Pew Research Center faite en juin 2021 (32%).
C - Les midterms, un scrutin qui suscite un intérêt mesuré tout en dominé par des thématiques plutôt favorables aux républicains.
7 - L'issue du scrutin des midterms s’avère d’autant plus compliquée pour le président qu’elle ne suscite pas pour l’heure autant d’intérêt que celle de 2018 : 58% seulement des Américains jugent très important de savoir quel parti remportera le contrôle du Congrès, soit 4 points de moins qu’en août 2018 (62% selon Pew Research Center). En l’état, Joe Biden ne semble pas bénéficier de la même vague de mobilisation électorale (53,4%, soit un taux exceptionnel pour une élection de mi-mandat) qui avait fait perdre à Donal Trump sa majorité à la Chambre en 2018.
8 - Mais ce qui rend les prévisions électorales favorables aux républicains (cf midterms : quelle sera l’ampleur de la sanction pour Joe Biden ?) encore plus crédibles aux yeux de l'Ifop tient au fait que les enjeux du scrutin sont aujourd'hui dominés par des thématiques défavorables aux démocrates comme l’économie, l’immigration ou l’insécurité. En effet, alors que l’inflation explose (8% depuis le début janvier), l’économie arrive en tête des déterminants du vote (81%, +4 points depuis août 2022), devant la criminalité (66%, +6 points depuis août 2022) et la santé (65%, +5 points) ; l’immigration s’élevant quant à elle dans le top 5 des déterminants du vote (52%, +4 points).
9 – Enfin, au-delà des effets d’une conjoncture marquée par la crise migratoire à la frontière sud, le scrutin active-t-il politiquement la fracture entre "les anywhere", élite intégrée, mobile et ouverte, et les "somewhere", ces Américains plus ancrés dans leur identité, leurs valeurs et leur territoire ? Disons que cette fracture n’est pas exacerbée sur ces sujets mais que le rapport au monde des Américains est bien à la source clivages politiques si l’on juge la proportion de sympathisants démocrates se disant « citoyen du monde » (80%, contre 59% des sympathisants républicains) ou ayant déjà voyagé à l’étranger (68% des électeurs démocrates de 2020, contre 57% des électeurs Trump). A l’inverse, les sympathisants républicains apprécient beaucoup moins la présence de touristes étrangers dans leur pays que les démocrates, en particulier les Mexicains et les Cubains mais aussi les Français.

 Hugo Lasserre, chargé d’étude à l’Ifop

« Etude Ifop pour Partir à New York réalisée en ligne du 25 au 28 octobre 2022, auprès d’un échantillon de 1550 Américains, représentatif de la population américaine âgée de 18 ans et plus, dont 1 324 inscrits sur les listes électorales »

 

POUR LIRE LES RESULTATS DE L’ETUDE, CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS
https://www.partir-a-new-york.com 
Partager cet article sur :reddit

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Mentions Légales : Site animé et géré par Gilles Roman (journaliste indépendant) Rcs LYon en france
Nous écrire - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance