LYFtvNews
LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.




Translate




Ce site perçoit des commissions sur les ventes de #laboutiquelyftv (cliquer ICI pour découvrir nos sélections livres, mangas, gaming, musique(s), idées cadeaux... - livraison à domicile)

LYFtv-Paris
LYFtv-Paris
Date d'inscription : 09/10/2017
https://www.lyftvnews.com/f250-paris-ile-de-france-actualites
21062024
Dans le cadre de son nouveau mandat, la Fondation April poursuit et renforce sa mission de donner à chaque Français les clés pour devenir acteur de sa santé. Cette année, elle se concentre sur une tranche d’âge stratégique : les 18-25 ans. 
#jeunesse #santé #prévention #sondages

L’étude de la Fondation April met en lumière des défis significatifs auxquels les 18-25 ans sont confrontés en matière de santé. Un manque d’information, une intégration insuffisante au système de santé et des comportements contradictoires entre hygiène de vie et prises de risques constituent des obstacles majeurs à leur bien-être. Pour répondre à ces défis, des actions ciblées de prévention et de sensibilisation sont indispensables. En offrant des outils et des ressources adaptés, il est possible d’aider cette génération à devenir pleinement actrice de sa santé.
Un manque partiel d’information en matière de santé
L’étude révèle que seulement 36 % des jeunes se renseignent régulièrement sur le sujet de la santé. Cette faible proportion indique un déficit d’information sur les bons comportements à adopter, avec un manque particulièrement marqué dans les domaines de la santé mentale et de la gestion du stress. De plus, le nouveau dispositif « Mon Bilan Prévention », destiné à cette tranche d’âge, n’est connu que de 52 % des jeunes. Ce manque de connaissance et d’adhésion à des programmes de prévention révèle un besoin urgent d’éducation et de sensibilisation.
Une intégration insuffisante au système sanitaire français
L’étude met également en lumière une intégration insuffisante des jeunes au système de santé français. En effet, 16 % des 18-25 ans déclarent ne pas avoir de complémentaire santé, contre 4 % pour l’ensemble des Français. De plus, 15 % des jeunes n’ont pas de médecin traitant, comparé à 11 % pour l’ensemble de la population. Ces chiffres sont préoccupants car ils indiquent que les jeunes sont moins insérés dans le système de santé.
Par ailleurs, 40 % des jeunes interrogés ont dû renoncer à une consultation médicale l’année passée, 23 % d’entre eux par manque de moyens financiers et 23 % en raison de délais d’attente trop longs pour obtenir un rendez-vous. Cet éloignement du système de santé se traduit également par une dé-priorisation de la santé dans leurs préoccupations, qui passent après d’autres sujets tels que l’orientation scolaire et l’installation dans la vie adulte.
Une génération entre hygiène de vie stricte et prises de risques excessives
L’étude dévoile des tendances opposées au sein de cette génération. Ainsi, 64 % des jeunes estiment adopter une hygiène de vie stricte. Pourtant, 65 % déclarent aimer vivre à fond, quitte à prendre des risques. De plus, 79 % des jeunes reconnaissent au moins un comportement addictif, notamment une dépendance aux écrans et aux réseaux sociaux : 58 % d’entre eux déclarent ne pas pouvoir s’en passer dans leur vie quotidienne.
Cette génération montre une vulnérabilité accrue aux risques de sédentarité et de souffrance psychique. Plus d’un jeune sur deux pratique moins de 30 minutes d’activité physique par jour (55 %) et 39 % ont déjà pensé au suicide. Ces statistiques alarmantes soulignent la nécessité d’interventions ciblées pour améliorer la santé mentale et physique des jeunes.
Vers une meilleure prévention : les recommandations de la fondation April

Face à ces constats, la Fondation April recommande plusieurs actions pour améliorer la prévention et l’accès aux soins pour les jeunes. Tout d’abord, il est crucial d’intensifier les campagnes d’information sur les bons comportements de santé, en mettant un accent particulier sur la santé mentale et la gestion du stress. L’éducation à la santé dès le plus jeune âge, notamment via des programmes scolaires et universitaires, pourrait jouer un rôle déterminant.
Ensuite, pour faciliter l’intégration des jeunes dans le système de santé, il est essentiel de simplifier l’accès à une complémentaire santé et de promouvoir le rôle du médecin traitant. La création de consultations spécifiques pour les jeunes, à tarifs réduits ou pris en charge par des dispositifs d’aide, pourrait également être envisagée.
Enfin, pour contrer les comportements à risque, des initiatives visant à promouvoir une hygiène de vie équilibrée doivent être mises en place. Cela pourrait inclure des campagnes de sensibilisation sur les dangers des addictions, des programmes d’encouragement à l’activité physique et des services de soutien psychologique accessibles et anonymes.
Partager cet article sur :reddit

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum