LYFtvNews
LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.




LYFtv.com Portail music & news
(Lyon - Paris - France -Monde)

Translate




Ce site perçoit des commissions sur les ventes de #laboutiquelyftv (cliquer ICI pour découvrir nos sélections - livraison à domicile)

Gilles Roman
Gilles Roman
Admin
Date d'inscription : 04/05/2015
https://www.lyftv.com
14102023
Patrice Bessac, maire de Montreuil rend hommage aux manifestants algériens pacifiques qui, le 17 octobre 1961, ont manifesté pour revendiquer l'indépendance de l'Algérie et s'opposer aux discriminations. Cette manifestation fut réprimée dans le sang.
17 octobre 1961 : une rue pour se souvenir inaugurée à Montreuil Commzo10
Soixante-deux ans après les faits sur lesquels toute la lumière n'a pas encore été faite, la municipalité de Montreuil commémore cette tragédie en donnant à une rue le nom « 17-octobre-1961 ».
Pour Montreuil, le choix d'attribuer le nom d'un événement historique tragique à un espace public contribue à lever le voile sur les faits trop longtemps cachés et à réparer l'injustice faite aux manifestants morts, blessés ou disparus au cours de cette terrible journée du 17 octobre 1961.
Cette rue est bien dénommée rue du « 17-octobre-1961 » et non renommée. Par cet acte, il s'agit aussi de contribuer à la transmission de la mémoire des combats menés et de dire un peu de l'identité de Montreuil et des valeurs portées par les Montreuilloises et Montreuillois.
Pour Patrice Bessac, maire de Montreuil, « Après avoir nommé des espaces publics du nom de femmes dont les odonymes n'étaient pas aussi nombreux que ceux d'hommes célèbres, Montreuil, par cet hommage au 17 octobre 1961, charge de sens historique des rues, des espaces de rencontre, de passage, de jeu, d'échange ou de flânerie et les fait entrer dans le patrimoine local. »
Montreuil ville de mémoire
La ville de Montreuil s’est engagée depuis plusieurs années dans une « revitalisation » de l'indispensable travail de mémoire autour des cérémonies de commémoration alors que les témoins directs disparaissent. Elle conduit, en ce sens, des actions pour la connaissance et la compréhension, notamment par les jeunes générations, des moments marquants et des traumatismes de notre histoire commune.
C’est dans cet esprit, mais aussi pour rendre justice aux victimes, pour redonner voix à une histoire étouffée alors que, pour certains historiens, britanniques notamment, cette journée du 17 octobre 1961 a été « la répression d’État la plus violente qu'ait jamais provoquée une manifestation de rue en Europe occidentale dans l'histoire contemporaine ».
La commémoration de ce mardi 17 octobre 2023 se veut aussi être en cohérence avec les conclusions du rapport rendu par l'historien Benjamin Stora sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie et c'est pourquoi, Montreuil a décidé d'entamer un travail spécifique sur la mémoire de la relation complexe qui lie la France et l'Algérie. Une mémoire douloureuse par bien des aspects et qui résonne fortement parmi les habitants de Montreuil.
(...)
C'est par un travail mené en transversalité par la Direction du Développement Culturel, le Service Intégration et Population Migrantes et la Direction de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire et porté conjointement par Alexie Lorca (adjointe à la culture), Halima Menhoudj (adjointe notamment aux populations migrantes) et Méline Le Gourriérec (conseillère municipale déléguée à la jeunesse, à la mémoire et aux anciens combattants) que la Ville de Montreuil souhaite permettre à tous les Montreuillois de se saisir de cette mémoire particulière, dans la continuité du travail mené sur la Mémoire de la Shoah et de celui amorcé sur la Mémoire de l'Esclavage Colonial dans le cadre de son dispositif « 365 jours contre le racisme et l'antisémitisme ».
Rappel des faits
Paris, 17 octobre 1961. La guerre d’Algérie fait rage. Les Algériens travaillant en France sont victimes de discriminations (notamment en matière de liberté d'expression, de travail et de manifestation) et revendiquent l’indépendance de leur pays alors département français.
Preuve de discrimination en matière de liberté de manifester, le communiqué du préfet de Police de l'époque « conseillant aux travailleurs algériens de s'abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne (…), de 20h30 à 5h30 du matin ».
Déterminés à ne pas se laisser bâillonner, ils manifestent.
Au cours de cette terrible journée du 17 octobre 1961, plusieurs centaines d’entre eux sont tués et/ou blessés sous les coups de la police, dirigée par le préfet Maurice Papon (qui sera condamné en 1998 pour complicité dans la déportation des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale) ou précipités dans la Seine… Ce massacre a eu lieu alors qu’étaient en cours des négociations entre le gouvernement français et les patriotes algériens, qui aboutiront cinq mois plus tard à l’indépendance de l’Algérie.
L'inauguration de la rue du « 17-octobre-1961 » en pratique
Commémoration et inauguration à l'angle des rues du 17-octobre-1961 et Toussaint-Louverture, quartier de la Boissière, à Montreuil (93) - Mardi 17 octobre 2023, à 18h
En présence de :
Rahim Rezigat, 82 ans, témoin et manifestant lors de la journée du 17 octobre 1961
Inès Sefiane, 19 ans, membre du Comité Jeunes de Montreuil. Elle a retenu le sujet du 17 octobre 1961 pour le grand oral du bac.
Patrice Bessac, maire de Montreuil
Halima Menhoudj, adjointe au Maire, déléguée à la coopération décentralisée, aux populations migrantes et à la solidarité internationale
Méline Le Gourriérec, conseillère municipale déléguée à la Jeunesse, à la Mémoire et aux anciens combattants
Partager cet article sur :reddit

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum

LYFtvnews - rubriques vidéos & actualités de A à Z :