LYFtvNews
LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.




LYFtv.com Portail music & news
(Lyon - Paris - France -Monde)

Translate




Ce site perçoit des commissions sur les ventes de #laboutiquelyftv (cliquer ICI pour découvrir nos sélections - livraison à domicile)

Gilles Roman
Gilles Roman
Admin
Date d'inscription : 04/05/2015
https://www.lyftv.com
16112023
“Restaurant cherche serveur pour la saison”, “Restaurant fermé le midi faute de personnel”, vous avez forcément vu ces pancartes sur les devantures de restaurants ces derniers mois ? Et pour cause, on estime à 300 000 le nombre de postes à pourvoir dans les hôtels, cafés et restaurants. 
À l’occasion du Congrès réunissant les professionnels du secteur le 13 et 14 novembre à Station F, le GHR, l’un des principaux syndicats du secteur de la restauration a mené avec l’IFOP un sondage auprès des Français pour analyser l’impact de la pénurie de main d’œuvre en vue des Jeux Olympiques 2024.
Réaction de Catherine QUERARD, Présidente du GHR: “Il y a environ 300 000 postes vacants dans la restauration. Nous estimons que 60 000 supplémentaires seront à pourvoir au moment des JO. Près de trois quarts des Français (77%) pressentent déjà que cette pénurie de main-d’œuvre aura un impact négatif sur la qualité d’accueil des restaurateurs lors des Jeux olympiques, à l’été prochain. Nous appelons à nouveau le Gouvernement à une prise de conscience et à trouver ensemble des solutions rapidement.”
Commentaire de l’IFOP : “Le sondage montre que les français sont conscients de la difficulté de recrutement des restaurants et de l’impact négatif potentiel sur l’image et la réputation du pays. Pour aider les restaurateurs à trouver des renforts ponctuels, les français soutiennent massivement le recours aux auto-entrepreneurs.”
Résultats du sondage
En matière d’accueil des touristes, les Jeux olympiques de Paris 2024 ne s’annoncent pas sous les meilleurs auspices : près de trois quarts des Français (77%) pressentent que la pénurie de main-d’œuvre dans la restauration aura un impact négatif sur la qualité d’accueil et de service des restaurateurs lors des Jeux olympiques, à l’été prochain.
Seul un Français sur deux pense que les cafés et restaurants de la capitale seront en mesure de bien accueillir l’afflux de touristes attendus pour les JO : 49% pensent qu’ils ne seront pas bien accueillis.
Une très large majorité de Français considère qu’une mauvaise expérience d’accueil dans les hôtels, cafés et restaurants parisiens durant les Jeux olympiques pourrait nuire à l’image et à la réputation de la France : 81% des Français redoutent cette issue dommageable pour la filière touristique hexagonale, dont 87% en Ile-de-France.
Quant aux solutions envisagées par le secteur pour faire face à cette situation sans précédent, les Français soutiennent massivement le recours aux auto-entrepreneurs pour faire face aux besoins ponctuels.
De manière générale, compte-tenu de la pénurie de main d’œuvre dans la restauration, les Français se montrent très largement ouverts (80%) à l’idée que des professionnels à leur compte (type indépendants ou auto entrepreneurs) dans les métiers de la restauration viennent en renfort ponctuel aux restaurateurs.
Et les Français sont encore plus nombreux à appuyer l’intervention de ce type d’acteurs lors des prochains Jeux olympiques : 85% se prononcent en faveur de ce type d’intervention, dont 87% chez les Franciliens.
Méthodologie : Etude réalisée par l'Ifop pour le Groupement des Hôtelleries & Restaurations de France (GHR). L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 7 au 8 novembre 2023.

Gilles Roman aime ce message

Partager cet article sur :reddit

Commentaires

Gilles Roman
COMMUNIQUE DE L’UMIH DU RHÔNE QUI DEMANDE UNE CLARIFICATION DU STATUT D’AUTO-ENTREPRENEUR "DANS LE SECTEUR CHR" (Hôtellerie Restauration)
"Le constat est sans appel, de plus en plus de restaurateurs font l’objet de lourdes sanctions suite à des contrôles légitimes de l’Urssaf, en raison de la présence avérée de personnels sous le statut d’auto-entrepreneur. L’organisation syndicale pointe du doigt les applications et plateformes légales (Extracadabra, Brigad, Onestaff, Badakan, Alloextra,…) faisant la promotion de ce statut d’auto-entrepreneur et facilitant la mise en relation entre les établissements et les auto-entrepreneurs, garantissant une légalité du statut. Or, selon l’article L. 311-3 du Code de la Sécurité sociale, le statut d’auto-entrepreneur n’est pas autorisé dans les professions du secteur CHR, et c’est sur cet article que l’Urssaf se base pour assurer ses contrôles. L’usage de la facturation dans la restauration est bien considéré comme illégale par l’Urssaf, qu’elle qualifie de travail dissimulé. Par conséquent, l’Umih du Rhône interpelle les autorités compétentes pour clarifier enfin les conditions de ce statut. 
Dans un contexte où le recrutement est plus que difficile pour tous les professionnels du secteur, le recours à du personnel ayant le statut d’auto-entrepreneur peut simplifier les recherches et les demandes urgentes, mais cette ubérisation du métier, engendrée par des plateformes officielles, est bien sanctionnée par les contrôles fréquents de l’Urssaf, faisant des patrons d’établissements les premières victimes.
L’Umih du Rhône demande donc à ce que soit légiféré une bonne fois pour toutes ce statut particulier dans la restauration et surtout que soient contrôlées et encadrées ces plateformes de recrutement spécialisées dans le secteur. Il n’est pas cohérent de laisser de telles plateformes privilégiant l’auto-entreprenariat relayer des offres d’emplois dans la restauration ainsi que de promouvoir cette facilité d’organisation de travail et pourtant de sanctionner les responsables d’établissements qui font appel à ce système pour pouvoir trouver du personnel. 
Le recours à la facturation est devenu une vraie tendance depuis la crise sanitaire puisqu’elle est considérée comme plus rentable pour les personnels qui l’utilisent et plus simple pour les responsables d’établissements qui ne sont pas toujours au courant de cette législation qui reste floue. Or, ce statut peut s’avérer dangereux en cas d’accident de travail et ne définit pas les responsabilités de chacun. Il est donc urgent de clarifier le statut d’auto-entrepreneur dans les métiers du secteur CHR."
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum