Les conclusions du sommet européen: budget à long terme, État de droit et climat

LYFtvNews
LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Actuellement sur LYFtvNews :
LYFtvForum
LYFtvForum
Admin
Nombre de messages : 760
Age : 57
Date d'inscription : 04/05/2015
https://www.lyftvnews.com/forum
16122020
Les députés européens ont salué les accords sur le Cadre Financier Pluriannuel (CFP), le fonds de relance et les objectifs climatiques 2030 mais ont prévenu que le mécanisme sur l'État de droit devrait être strictement appliqué.
"Nous avons travaillé 24 heures sur 24. Les négociations ont été intenses, mais nous avons pris nos responsabilités, surmonté les obstacles et nous nous sommes unis pour le bien de l'Europe", a déclaré le Président du Conseil européen, Charles Michel . Cet accord représente un grand pas en avant. Nous avons maintenant les ressources nécessaires, nous avons renforcé l'État de droit grâce à une nouvelle législation efficace et nous avons convenu d'intensifier nos objectifs climatiques pour 2030." Le Président Michel a également souligné les progrès réalisés dans la lutte contre la pandémie, la vaccination et la reprise économique. "L'Europe est plus forte et relève le défi du COVID-19", a-t-il ajouté.
La Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen , a souligné que NextGenerationEU "conduirait à la plus ambitieuse réforme de l'économie européenne depuis des décennies". En ce qui concerne le mécanisme relatif à l'État de droit, elle a souligné que l'accord avec le Parlement n'a pas été rouvert et que les conclusions du Conseil "ne changent pas la loi". La Présidente de la Commission a également salué l'objectif de réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre. En ce qui concerne les futures relations entre l'UE et le Royaume-Uni, elle a souligné qu'elle ne pouvait pas dire "s'il y aura un accord ou non, mais il y a une voie vers un accord - une voie étroite, mais elle existe", malgré les différences qui subsistent sur les conditions de concurrence équitables et la pêche. Concernant les vaccins contre le COVID-19, elle a déclaré que le premier vaccin devrait être approuvé dans une semaine et que l'objectif était de commencer les vaccinations le même jour dans tous les pays de l'UE.
Pour la présidence allemande du Conseil, le ministre d'État Michael Roth a déclaré que l'Europe avait tiré les leçons du passé: "La solidarité est la voie de sortie de la crise; nous ne laissons personne derrière." Il a souligné que l'Europe était bien plus qu'un simple marché intérieur. Il a ajouté que "pas un seul mot n'avait changé par rapport à ce qui avait été négocié" dans la réglementation sur l'État de droit. En ce qui concerne le CFP et le fonds de relance, il a déclaré qu'à partir de l'année prochaine, l'argent pourrait atteindre les personnes et les régions qui ont souffert et que l'Europe "avait tenu parole".
Manfred Weber (PPE, DE) a salué l'accord conclu sur le budget à long terme de l'UE. "Nous avons beaucoup d'argent maintenant sur la table. 1,8 trillion d'euros, à utiliser en premier lieu pour la solidarité." Il a également salué le mécanisme relatif à l'État de droit en déclarant: "Pour la première fois, nous avons un lien entre l'argent de l'UE et le respect des principes fondamentaux de l'Union. Nous attendons maintenant de la Commission qu'elle soit prête à appliquer ces règles de manière indépendante à partir du 1er janvier, en se basant sur les faits."
"La pandémie de COVID-19 nous a obligés à nous réinventer", a déclaré Iratxe Garcia Perez (S&D, ES). Il s'agit de réalisations sans précédent, a-t-elle déclaré, citant le cadre financier pluriannuel et le mécanisme relatif à l'État de droit, qui "renforce nos valeurs". Elle a également salué le "premier système de bonus social" de l'UE, ainsi que le fonds de relance. "Nous avons tiré les leçons de la crise de 2008 - l'austérité ne peut pas être la solution, nous ne pouvons pas laisser de côté ceux qui ont le plus besoin de nous", a-t-elle ajouté.
Dacian Ciolos (Renew Europe, RO), a déclaré que 2020 avait mis en évidence les faiblesses du projet européen. Il y avait un manque de coordination et de solidarité, les frontières étaient fermées. Cependant, l'Europe a travaillé dur pour réagir à la crise, a-t-il ajouté en citant le fonds de relance et le développement d'un vaccin. "Nous avons montré que nous sommes plus efficaces lorsque nous sommes unis et lorsque nous partageons des priorités", a-t-il souligné. Concernant l'État de droit, il a salué la déclaration de la Présidente de la Commission selon laquelle le droit prévaut sur les déclarations.
Marco Zanni (ID, IT) s'est montré critique envers le mécanisme relatif à l'État de droit en déclarant: "L'accord est ambigu et factice, et le ton de célébration dans ce débat, d'une UE absolutiste, est malvenu. Les menaces à la souveraineté nationale sont extrêmement préoccupantes. L'unanimité est le seul moyen pour que la démocratie puisse s'exprimer dans cette structure particulière."
Ska Keller (Verts/ALE, DE) a déclaré: "Il est bon de voir que finalement, à la onzième heure, le Conseil européen a donné son feu vert pour soutenir les citoyens et les économies durement touchés par la pandémie." Toutefois, "certaines tendances inquiétantes se cachent derrière ces décisions. Ces dernières semaines, les gouvernements hongrois et polonais ont fait obstruction et ont voulu prendre le fonds de relance en otage pour leur propre programme antidémocratique", a-t-elle déclaré. Mme Keller a également déclaré que "l'objectif des actions climatiques pour 2030 était encore loin de ce qui était nécessaire selon le consensus scientifique".
Johan Van Overtfeldt (ECR, BE) s'est félicité de l'accord conclu sur le CFP, faisant valoir que les priorités du PE avaient trouvé leur place dans l'accord final. "Nous aurions cependant pu faire plus pour centrer le budget de l'UE sur l'avenir, alors que les coûts de la pandémie et de la lutte contre le changement climatique ne sont pas suffisamment pris en compte."
Manon Aubry (The Left, FR) a déclaré que "le petit chaperon rouge de l'UE avait été mangé par le loup Orbán", déplorant que les ambitions déclarées de l'UE, par exemple en matière de protection de la démocratie, des droits de l'homme ou du climat, ne soient pas à la hauteur de ses actes. Elle a critiqué l'accord sur le budget à long terme de l'UE, car il représente au final plus de 200 milliards d'euros de moins que la position initiale du PE, ce qui a entraîné une diminution des investissements pour l'agriculture, l'éducation, la recherche, l'environnement et la santé.
Partager cet article sur :redditgoogle

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Nous écrire

Mentions légales



LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance









logo+rss




- 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .

--> Cliquer ici pour commander vos produits culturels dans la boutique LYFtv <--


Mentions Légales : Site animé et géré par Gilles Roman ( journaliste indépendant) Rcs Lyon