LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


LYFtvForum
LYFtvForum
Admin
Nombre de messages : 1807
Age : 58
Date d'inscription : 04/05/2015
https://www.lyftvnews.com/forum
02022022
Crises environnementales : 1 400 scientifiques appellent aujourd'hui sur France Info "les candidats à la présidentielle et les médias à sortir des discours de l'inaction". Ils sont chercheurs, certains appartiennent au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) ou au Haut Conseil pour le climat, et ils regrettent l'absence de débats sur la crise climatique et environnementale dans la campagne présidentielle. Ils interpellent les candidats et les médias pour qu'ils s'emparent de ces sujets décisifs pour notre avenir.

La tribune des scientifiques pour que la politique climat entre dans le débat de la Présidentielle 2022 Ir?t=lyonenfrance-21&language=fr_FR&l=li3&o=8&a=2738154263
Cette tribune aurait pu se résumer en deux mots : "Look up !" (Regardez !), comme le réclame Leonardo DiCaprio dans le film Don't Look Up, allégorie du déni face au changement climatique, qui met en scène une société plus préoccupée par son nombril que par la menace qui se profile. A quelques semaines de l'élection présidentielle, 1 400 scientifiques, climatologues, géographes, sociologues, philosophes, historiens, océanographes, astrophysciens, mathématiciens et économistes, venus de toute la France, s'inquiètent, dans cette tribune publiée mardi 1er février sur franceinfo, de "l'absence de débat démocratique (...) sur les graves bouleversements en cours et à venir".
Si l'importance des questions climatiques et environnementales est aujourd'hui unanimement reconnue, le sujet est très peu abordé dans les grands-messes politiques, comme l'ont illustré les débats du congrès Les Républicains ou l'interview d'Emmanuel Macron sur TF1 fin décembre. Mi-janvier, une tribune de journalistes spécialistes de l'environnement et un collectif d'experts de l'énergie et du climat en faisaient déjà l'amer constat. Or, le prochain président ou la prochaine présidente de la République devra prendre des décisions importantes face à ces bouleversements. "Les électeurs et électrices ont besoin de connaître les propositions des candidats et des candidates à l'élection présidentielle, et leurs conditions de mise en œuvre", estiment les signataires de cette tribune. Ils s'expriment ici librement.
Scientifiques issus de différentes disciplines, nous observons, analysons et anticipons les changements environnementaux en fonction des choix socio-économiques, tentons de déterminer leurs conséquences et d'évaluer la pertinence des actions envisagées.
"Quels que soient nos opinions politiques et nos engagements personnels, nous constatons avec inquiétude l'absence de débat démocratique dans la campagne présidentielle sur les graves bouleversements en cours et à venir, qu'ils concernent le climat, l'océan, la biodiversité ou les pollutions."
Les signataires de la tribune 
sur franceinfo.fr
La technicité et la complexité des sujets, l'affirmation de leur caractère anxiogène, la conviction qu'ils dépassent les clivages politiques et n'ont qu'un faible intérêt pour le grand public – la promesse donc d'un audimat en berne –, sont souvent avancées pour justifier ce silence. Pourtant, selon la dernière enquête de l'Ademe (Agence de la transition écologique), l'environnement est une préoccupation majeure des Français, qui perçoivent de plus en plus les effets d'un climat qui change (+1,7 °C depuis 1900 en France). D'après l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc), deux tiers d'entre eux sont déjà directement exposés aux risques climatiques.
Le monde agricole prend conscience de sa grande vulnérabilité à l'intensification du cycle de l'eau et des extrêmes chauds. De grandes entreprises développent des politiques climatiques. Plusieurs collectivités se sont dotées de Giec locaux ou de conseils de citoyens, soulignant la forte capacité de mobilisation de nos compatriotes. Tous ont compris que les modèles de production et de consommation hérités du passé seront remis en cause, alors même que la crise sanitaire a révélé les fragilités multiples du pays.
Il est sans doute plus commode de réduire le débat sur les nécessaires transformations structurelles à un affrontement entre partisans du nucléaire et défenseurs des énergies renouvelables ; il est sans doute aussi plus confortable de confondre décarbonation de l'ensemble du secteur de l'énergie et production électrique bas-carbone, alertes sur l'état de l'environnement et militantisme radical, lucidité et catastrophisme. 
"Ces simplifications finissent par créer une prison intellectuelle, qui empêche de mettre sur la table les choix qui s'offrent encore à nous, et d'en débattre de manière démocratique, c'est-à-dire publique, éclairée et contradictoire."
Les signataires de la tribune 
sur franceinfo.fr

Les défis qui nous attendent incluent la diminution des émissions de gaz à effet de serre et la préservation du vivant. Mais ils portent aussi sur la nature et le rythme de l'adaptation, la juste répartition des risques et des efforts, la solidarité entre générations ou entre territoires. De fait, ils concernent l'emploi, le transport et la mobilité, l'alimentation, le partage et l'accès aux ressources – notamment à l'eau potable –, le foncier, la santé, la fiscalité, l'éducation, la formation professionnelle, la recherche et l'innovation, la préservation du patrimoine historique et culturel, l'habitat, la réduction des inégalités et des fractures territoriales, le tournant numérique, la prévention et l'indemnisation des catastrophes, la sécurité intérieure, la souveraineté et la défense nationale, la politique européenne et internationale.
"Si beaucoup d'objectifs de court et long termes sont connus et fixés par nos engagements nationaux et internationaux, différentes trajectoires sont possibles et doivent être discutées. Et si l'on choisit l'inaction, il est nécessaire d'en exposer et d'en assumer les conséquences."
Les signataires de la tribune 
sur franceinfo.fr
Encore faut-il que les citoyens puissent décider en leur âme et conscience. Pour cela, les candidats et candidates à l'élection présidentielle doivent pouvoir s'exprimer, et donc être interrogés, sur des questions de fond.
Elles sont nombreuses. Ainsi, comment fait-on pour :
- tripler le rythme des baisses des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2024, sans augmenter les inégalités sociales et territoriales ? Orienter les investissements de la France vers la neutralité carbone ? Agir sur les autres gaz à effet de serre, notamment le méthane ? Développer les puits de carbone, alors que nos forêts souffrent déjà du climat qui change ?
- réduire notre dépendance aux énergies fossiles, sans augmenter la précarité énergétique, en accompagnant la reconversion de certains emplois et en formant une main-d'œuvre qualifiée pour satisfaire les nouveaux besoins ?
- intégrer les enjeux environnementaux dans les accords commerciaux internationaux, pour diminuer notre empreinte carbone, la déforestation importée, la consommation d'eau ou de plastiques ?
- transformer les filières agricoles, industrielles, touristiques, pour répondre aux impacts du changement climatique, au renchérissement des matières premières, à l'adoption de nouvelles normes internationales, aux attentes des consommateurs ?
- adapter les villes pour réduire leur vulnérabilité aux extrêmes chauds, secs et humides, selon une logique bas-carbone, tout en luttant contre l'habitat insalubre et le mal-logement, sans augmenter l'artificialisation des sols ?
- se préparer à des événements climatiques extrêmes plus fréquents et plus intenses, renforcer les systèmes de gestion de crise et d'assurance et engager des moyens à la hauteur des enjeux d'adaptation et de résilience ? Anticiper les déplacements de populations, d'infrastructures et d'activités, notamment sur les littoraux, et considérer dès à présent le devenir des territoires les plus exposés ?
- peser sur la diplomatie mondiale du climat et de la protection de l'environnement, afin que les Etats respectent leurs engagements et que l'accord de Paris joue véritablement son rôle ?
- œuvrer pour que l'éradication de la pauvreté dans le monde soit combinée avec l'adoption de modèles de développement durable et l'émancipation des femmes ?
Le constat scientifique vis-à-vis de la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique, l'érosion de la biodiversité et les pollutions est clair.
"Il n'existe pas de remède miracle, de panacée totalement indolore. L'innovation technologique ou les injonctions individuelles à la sobriété ne suffiront pas à elles seules."
Les signataires de la tribune 
sur franceinfo.fr
Mais si les évolutions que nous vivons ont une vitesse et une ampleur inédites à l'échelle de l'histoire humaine, nous pouvons encore atténuer les crises et nous préparer à surmonter leurs effets préjudiciables. Des éléments factuels existent sur le potentiel, les coûts, les bénéfices et les limites des multiples leviers d'action à notre disposition. L'année 2022 sera d'ailleurs marquée par la publication, le 28 février et le 4 avril, des rapports des groupes II et III du Giec sur l'adaptation et sur l'atténuation.
C'est pourquoi, alors que se multiplient les discours de l'inaction, il est plus que jamais essentiel de pouvoir délibérer sereinement sur les alternatives, les opportunités et les contraintes des différentes options envisagées, en cessant de déconnecter les choix techniques et les dimensions économiques, sociales, territoriales. Pour cette raison, les électeurs et électrices ont besoin de connaître les propositions des candidats et des candidates à l'élection présidentielle, et leurs conditions de mise en œuvre.
Les premiers signataires :
Luc Abbadie, écologue, iESS-Sorbonne Université
Christophe Cassou, climatologue, CERFACS-CNRS
Sophie Dubuisson Quellier, sociologue, CNRS-Sciences Po
Marc Fleurbaey, économiste, CNRS-PSE-École normale supérieure
Céline Guivarch, économiste, CIRED-Ecole des Ponts
Valérie Masson-Delmotte, climatologue, LSCE-CEA
Magali Reghezza, géographe, LGP Meudon, École normale supérieure
Sabrina Speich, océanographe physique et sciences du climat, LMD-IPSL 

 / 94

Partager cet article sur :redditgoogle

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mentions Légales : Site animé et géré par Gilles Roman (journaliste indépendant) Rcs LYon en france
Nous écrire - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance