LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


LYFtv-LYon
LYFtv-LYon
Nombre de messages : 805
Age : 58
Date d'inscription : 04/05/2011
http://www.lyonenfrance.com
14082022
Nous sommes en 1711... A Lyon, le Pont de la Guillotière marque alors l'entrée de la ville construite sur la presqu'île... La tragédie en question a encore des conséquences insoupçonnées aujourd'hui, car elle a modifié en profondeur l’histoire de l'immobilier et a consacré la notion de bail emphytéotique (le propriétaire des murs de son logement doit continuer à payer un loyer pour l'occupation du foncier sur lequel il a été bâti).
  

En l'occurence, la concession avait alors été accordée aux Hospices Civils (aujourd'hui HCL) qui ont depuis conservé de fait la propriété de nombreux terrains des troisième et sixième arrondissement ! 
Le 11 octobre 1711 donc, la vogue de St Denis se déroule à Lyon comme tous les ans, peu après les vendanges. C'est une fête populaire qui réunit les habitants de Lyon et des environs (...). Ce soir-là, lorsque la fête s’éteint doucement, les lyonnais rentrent chez eux, la plupart dans un état d'ébriété avancé. A l’époque ce pont est le seul qui permet de traverser le Rhône. D’un côté Bellecour et de l’autre de grands terrains agricoles.
Alors que le pont allait fermer à la tombée de la nuit, Mme Servient, dame Catherine de Mazenod de son nom de jeune fille, déboulait à pleine vitesse dans son carrosse, se rendant sur ses terres rive gauche. Impatiente, elle ordonna aux gardes de laisser la barrière ouverte mais avec la foule en désordre arrivant en face d’elle, son carrosse se renversa et les fêtards furent écrasés par la masse, tandis que d’autres tombèrent du pont et se noyèrent. Selon les chiffres, on dénombra à l’époque 217 morts. Les blessés furent emmenés à l’Hôtel Dieu. On appela cette tragédie « le tumulte du pont du Rhosne ».
Quelques années plus tard en 1725, Madame de Servient, dame de la Pardieu fait don de son domaine à l’Aumônerie Générale de Lyon, pour racheter, dit-on, la catastrophe qu’elle causa quelques années plus tôt sur le Pont de la Guillotière. 
Dès lors les récoltes sont destinées aux malades et aux pauvres de l’Hôtel-Dieu."
 
L’immeuble sur terrain HCL (charges et spécificités lyonnaises)
Ainsi donc commence l’histoire des terrains HCL, légués par Madame de Servient aux Hospices civils de Lyon (réunion de l’Hôtel dieu et de l’Eglise de la charité en 1802). Un patrimoine important qui s’est considérablement augmenté au cours des siècles suivants. Mis à part le parc hospitalier, les Hospices possèdent également des terrains urbains dans l’agglomération (80 000m² à Lyon). Un patrimoine concentré particulièrement sur le 3ème et le 6ème arrondissement. Aujourd'hui toujours, dans le cadre de l'achat d'un appartement dans un immeuble situé sur un terrain des Hospices Civils de Lyon, l'acquéreur continue à payer un loyer correspondant à la location du terrain . Ce loyer est intégré dans les charges (qui sont généralement un peu plus élevées qu’un immeuble dit "sur son terrain").
Cette histoire a d'ailleurs été mise en ligne par l'agence immobilière Laforêt le 18 février 2019

LYFtv-LYon aime ce message

Partager cet article sur :redditgoogle

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Mentions Légales : Site animé et géré par Gilles Roman (journaliste indépendant) Rcs LYon en france
Nous écrire - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance