LYFtvNews
LYFtvNews
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.




LYFtv.com Portail music & news
(Lyon - Paris - France -Monde)

Translate




Ce site perçoit des commissions sur les ventes de #laboutiquelyftv (cliquer ICI pour découvrir nos sélections - livraison à domicile)

Gilles Roman
Gilles Roman
Admin
Date d'inscription : 04/05/2015
https://www.lyftv.com
25102023
Welow, spécialiste de la mesure d’impact environnemental automatisée, s’est penché sur l’impact environnemental du vélo électrique pour comprendre dans quelle mesure il est intéressant de l’acheter, de le louer ou de le partager. Pour réaliser cette étude, Welow prend en compte l’ensemble des facteurs environnementaux, dont le nombre de trajets, les distances et les années d’utilisation.
Mobilités : faut-il acheter un Vélo électrique ? Raw?fit=max&width=1200&hash=77a3aa092c3c46f2ebff5dacdd0a1459a0e851c0
Le vélo électrique jouit d'une popularité grandissante, offrant une option de déplacement sportive et écologique.  Ainsi, il a représenté 1 vente de vélo sur 4 en France en 2023. S'il présente un bilan carbone intéressant par rapport à la voiture ou même au bus, l'utilisation de métaux rares pour la fabrication de sa batterie pose problème, à l'heure où leur demande exponentielle se heurte à une pénurie.
Louer à la demande pour la flexibilité
L'étude met en lumière la location à la demande comme une option idéale pour les utilisateurs occasionnels de vélos électriques ou pour ceux qui souhaitent expérimenter ce moyen de transport avant d’en acheter un. Parmi ses avantages écologiques, la location à la demande se distingue par un taux d'occupation élevé, chaque vélo électrique étant loué 10 à 12 fois par jour d’après Vélib. Les véhicules étant disponibles théoriquement à tout moment de la journée et de la nuit, ce mode offre également une grande flexibilité d'utilisation à ses utilisateurs.
En France, il y a plus de 45 000 vélos en libre-service, essentiellement dans les grandes villes où ils ont su convaincre. Par jour, c’est plus de 450 000 trajets réalisés, pour des trajets de 3,4 km en moyenne. En voiture, cela représenterait, à trajet et distance équivalents, 179 000 kgCO2 (d’après l’estimation de 117gCO2/km de France Stratégie), contre 5 814 kg en métro (d’après l’estimation de 3,8 gCO2/km de Transilien)
Cependant, leur durée de vie n’est que d’1 à 2 ans, en raison d'un traitement parfois rude des utilisateurs, des dégradations et vols. Vélib rapporte ainsi que 4000 vélos (soit 15% de son parc total) sont volés ou privatisés chaque année. De plus, la maintenance et les réparations sont souvent coûteuses, en particulier pour les services de location qui n'utilisent pas de stations fixes, comme Uber Jump, dont les vélos sont collectés individuellement puis rechargés par des agents en camion.
Pour les services de location avec station (comme Vélib ou ses équivalents hors Paris), le rechargement et rangement des vélos est mieux optimisé, mais s'élève quand même à 26% de l'empreinte carbone totale du vélo d’après une étude de Science Direct.
Louer au mois pour la stabilité
D'autres services, tels que Véligo ou Décathlon, proposent une location mensuelle, option plus coûteuse mais adaptée à une utilisation régulière. Cette approche reste peu engageante et évite une dépense initiale importante pour l'acquisition d'un vélo électrique. Elle responsabilise cependant les utilisateurs sur l’entretien, augmentant ainsi la durée de vie du vélo. Les utilisateurs peuvent activer ou désactiver leur abonnement selon leurs besoins mensuels, ce qui en fait une option relativement flexible.
Acheter pour le long terme
L’achat d'un vélo électrique est idéal pour les consommateurs prévoyant une utilisation à long terme. La durée de vie du vélo peut atteindre jusqu’à 8 ou 9 ans avant le remplacement de la batterie, et plus au delà. Toutefois, il est essentiel de s'assurer d'une utilisation fréquente sur une longue période, car un vélo électrique laissé inutilisé dans un garage pendant une grande partie de l'année ne sera pas écologiquement rentable
Atteindre la rentabilité écologique
L'étude de Welow creuse cette question de rentabilité écologique, en se demandant à partir de quelle durée de vie un vélo acheté émet moins par trajet qu’un vélo loué à la demande ou mensuellement.
L’analyse montre que les émissions par trajet d’un vélo électrique acheté passent en dessous du vélo loué mensuellement au bout de 6 ans d’utilisation, et en dessous du vélo loué à la demande au bout de 7 ans. Ainsi, l'achat d'un vélo électrique est la meilleure option à long-terme, bien qu'elle puisse s'avérer coûteuse et trop engageante pour certains consommateurs. Les options de location restent intéressantes pour adopter ce mode de déplacement dans un premier temps avant d'envisager l'achat.
Par ailleurs, il faut garder en tête que chacun de ces modes d'utilisation du vélo électrique est bien plus sobre que la voiture individuelle (680 gCO2 pour le même trajet) ou la moto (612 gCO2) d’après une étude de 2020 du Shift Project.
Pour réaliser cette étude, Welow a émis les hypothèses suivantes :
  • Le nombre de trajets annuel est de 3650 pour le vélo à la demande, 730 pour le vélo loué mensuellement et 608 pour le vélo acheté.

  • La durée de vie d'un véhicule vélib à la demande est de 2,5 ans (comme communiqué par l'entreprise), celle d'un vélo à location mensuelle véligo est de 5 ans.

  • Les modèles des véhicules sont équivalents dans les 3 cas, ayant le même impact carbone de fabrication (134 kgCO2) et d'utilisation (27g par trajet de 3,4 km en moyenne)

  • Le service de location à la demande inclut des émissions additionnelles liées à la gestion des stations (représentant 26% du total d’émissions d’un vélo d’après l’étude de ScienceDirect.)

  • La maintenance des vélos à la demande occasionne un excédent de 40kg CO2.


 
Calcul détaillé :
-MBTF (distance parcourue entre chaque réparation) de 700km d’après vélib 
- 12000 km parcourus par an pour un vélib
- donc une réparation tous les 21 jours, soit 17 par an
- un coût par réparation de 80€, donc 1360€ par an
- ces 1360€ de coûts par an correspondent à 40kg de CO2 d'après notre facteur d'émissions service.
À propos de Welow
Basée à Paris et créée 2023 par Julien Morganti (CEO, ex-CPO Bloom Social Analytics, Essec, Telecom Lille), et Lucas Boucher (CTO, Epitech, fondateur et CTO de Wannabeer & Sublissime), la climate tech Welow, issue d’un spin-off de Greenly, est la solution qui aide les consommateurs à réduire leur empreinte environnementale en France et en Europe. Welow permet aux citoyens et consommateurs de mesurer leur empreinte carbone en accédant aux informations environnementales de leurs achats. Welow s’associe aux banques, distributeurs et marques pour rendre ces informations accessibles et met à disposition une application mobile qui propose un suivi individualisé de ses émissions carbones.
Partager cet article sur :reddit

Commentaires

Aucun commentaire.

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum