2 résultats trouvés pour COVID-19

par LYFtv-Europe
le Mer 15 Sep 2021 - 18:16
 
Rechercher dans: Archives LYFtvNews
Sujet: Compte rendu du débat sur l'État de l’Union présenté par Ursula Van der Leyen
Réponses: 0
Vues: 541

Compte rendu du débat sur l'État de l’Union présenté par Ursula Van der Leyen

Session plénière  du Parlement européen


Tag covid-19 sur LYFtvNews Wm-logo-simple

Parlement européen

Bureau en France
Lors du débat annuel sur l’état de l’Union européenne, les députés ont interpelé la Présidente de la Commission sur les défis imminents pour l’UE et ont proposé leurs idées pour la relance.
La Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a débuté son deuxième discours sur l’état de l’Union européenne en soulignant que durant la plus grave crise sanitaire mondiale depuis un siècle, la plus profonde crise économique depuis des années et la pire crise planétaire de tous les temps, ‘‘nous avons choisi d’avancer ensemble. Comme une Europe unie. Et nous pouvons en être fiers.’’ Elle a rappelé que l’Europe était parmi les leaders mondiaux en termes de taux de vaccination, tout en partageant en même temps la moitié de sa production de vaccins avec le reste du monde. Désormais, la priorité est d’accélérer la vaccination mondiale, de poursuivre les efforts en Europe et de mieux se préparer aux futures pandémies, a-t-elle ajouté.
Concernant l’avenir, elle a noté que le numérique était un enjeu décisif et annoncé une nouvelle loi européenne sur les semi-conducteurs, rassemblant les capacités de recherche, de conception et d'essai de classe mondiale de l'Europe et coordonnant les investissements européens et nationaux. Sur le changement climatique, Ursula von der Leyen a déclaré que ‘‘puisqu’il est dû à l’homme, nous pouvons faire quelque chose pour y remédier’’. 
Elle a souligné qu’avec le pacte vert, l’UE était la première grande économie à présenter une législation complète dans ce domaine. Elle a promis de soutenir les pays en développement en doublant le financement pour la biodiversité et s'est engagée à consacrer quatre milliards d’euros supplémentaires à la finance climatique d’ici à 2027, afin de les aider dans leur transition verte.
S’exprimant sur la politique étrangère et de sécurité, elle a appelé à une politique de cyberdéfense européenne et à une nouvelle loi européenne relative à la cyber-résilience. Elle a également annoncé la tenue d’un sommet sur la défense européenne sous la présidence française.
Manfred Weber (PPE, DE) a souligné les conséquences sociales et économiques de la crise du COVID-19 et a déclaré que l'Europe avait désormais besoin de créer de nouveaux emplois de toute urgence, y compris dans le secteur de la santé où l'UE est leader avec les vaccins contre le COVID-19. Il a plaidé en faveur d'un programme commercial d’urgence UE-États-Unis pour les secteurs de la mobilité et du numérique, et d'un plan d'action pour réduire la bureaucratie dans l'UE. Il a également appelé à renforcer la défense européenne au moyen d’une force de réaction rapide et à transformer Europol en un FBI européen.
Iratxe García Pérez (S&D, ES) a évalué de façon positive la lutte de l'UE contre la pandémie et ses conséquences: "70% de la population est vaccinée, la liberté de circulation est à nouveau une réalité et les fonds de NextGenerationEU sont déjà acheminés". La transition vers une économie verte est aussi en bonne voie, a-t-elle ajouté, mais "nous n'avons pas fait assez pour garantir le bien-être des citoyens", faisant remarquer que la crise avait exacerbé les inégalités et frappé plus durement les plus vulnérables.
Dacian Cioloș (Renew Europe, RO) a déploré le fait que, trop souvent, la Commission européenne faisait de la diplomatie avec le Conseil plutôt que de s'engager dans l'élaboration de politiques avec le Parlement. Soulignant que les valeurs européennes sont à la base de notre Union, il a exhorté la Commission à commencer à utiliser le mécanisme de conditionnalité mis en place pour protéger le budget de l'UE contre les violations de l'État de droit - en vigueur depuis près d'un an sans avoir jamais été appliqué - afin d'arrêter de financer les dérives illibérales dans de nombreuses régions d'Europe où l'indépendance judiciaire est érodée, les journalistes assassinés et les minorités discriminées.
Philippe Lamberts (Verts/ALE, BE) a demandé de relever le niveau d’ambition climatique: "Plus vite, plus haut, plus fort: il est temps d’appliquer la devise olympique à nos efforts pour sauver la planète." Par ailleurs, il a demandé des changements dans les systèmes fiscaux et sociaux afin de garantir une vie digne pour tous. En ce qui concerne la politique extérieure, il a fait remarquer que seul le partage de souveraineté pourrait permettre à l’UE d’exercer une influence sur la scène internationale et a précisé qu'une "Europe forteresse" ne sera jamais un acteur géopolitique respecté. Pour conclure, il a regretté que le principal souci des États-membres concernant l’Afghanistan était d’éviter que le moindre Afghan ne pose le pied sur le territoire européen.
Les citoyens européens n'ont pas besoin de "discours fleuris sur l'état de l'UE", ils veulent simplement "qu'on les laisse tranquilles", a déclaré Jörg Meuthen (ID, DE). Il a critiqué les projets annoncés par la Commission, estimant qu'ils impliquaient des "dépenses massives", notamment pour le Green Deal, pour le fonds de relance et pour "Fit for 55", que les citoyens devront payer au final. Il a mis en garde contre la bureaucratie croissante et a déploré la transition vers l'énergie verte, plaidant pour plus d'énergie nucléaire.
Raffaele Fitto (ECR, IT) a averti que "les ressources de Next Generation EU ne suffisent pas à elles seules" et a demandé une réforme du pacte de stabilité. Il a également appelé à un changement des règles relatives aux aides d'État et à une politique commerciale plus autonome. "La transition écologique ne peut pas être abordée sans tenir compte de ce qui se passe dans le monde et surtout de l'impact sur notre système de production", a-t-il ajouté. Concernant l'État de droit et la Pologne, il a dénoncé "l'imposition politique d'une majorité qui ne respecte pas les compétences des États indépendants."
Selon Martin Schirdewan (The Left, DE), Mme von der Leyen a fait son propre éloge mais n'a apporté aucune réponse aux problèmes actuels. Il a demandé que la protection des brevets pour les vaccins soit supprimée et a déploré que les 10 milliardaires les plus riches d'Europe aient encore accru leur fortune pendant la pandémie, alors qu'un enfant sur cinq dans l'UE grandit dans la pauvreté ou risque de la connaître.
Pour revoir les interventions de la Présidente de la Commission et des chefs de file des groupes politiques du PE, cliquez sur les liens ci-dessous:
Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne
Manfred Weber (PPE, DE)
Dacian Cioloș (Renew Europe, RO)
Philippe Lamberts (Verts/ALE, BE)
Jörg Meuthen (ID, DE)
Raffaele Fitto (ECR, IT)
Martin Schirdewan (The Left, DE)
par LYFtv-LYon
le Lun 23 Aoû 2021 - 14:16
 
Rechercher dans: Archives LYFtvNews
Sujet: Vaccination des 12/17 ans en Auvergne Rhône-Alpes : plus de 54% des jeunes déjà vaccinés selon l'ARS
Réponses: 0
Vues: 1489

Vaccination des 12/17 ans en Auvergne Rhône-Alpes : plus de 54% des jeunes déjà vaccinés selon l'ARS

#COVID-19 :
"À la date du 17 août, 54.9% des 12-17ans habitant dans la région ont reçu au moins une dose de vaccin et 32.3% d’entre eux ont désormais un schéma vaccinal complet" indiquent l'Agence Régionale de Santé et la Préfecture dans un communiqué conjoint.
Tag covid-19 sur LYFtvNews Lyftvn16
À l’approche de la rentrée scolaire et de la reprise des activités extra-scolaires, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et la préfecture du Rhône encouragent tous les jeunes à se faire vacciner. De nombreux créneaux sont disponibles actuellement dans les centres, certains proposent même des accès sans rendez-vous. 
La vaccination permet la réduction des risques liés à la contamination et au développement de formes graves de la maladie, quel que soit l’âge de la personne vaccinée. Si les jeunes développent plus rarement des formes graves de la Covid-19, leur vaccination est nécessaire pour limiter les risques de transmission du virus et essentielle pour atteindre le plus rapidement possible l’immunité collective. Grâce à la vaccination, les plus jeunes auront moins de risque de tomber malades et éviteront les risques de développer des formes graves de Covid-19 dites "Covid long". Et surtout, ils retrouveront une vie normale, sans écoles fermées, avec des sorties, du sport, de la culture et des interactions sociales.
 Quels vaccins peuvent-ils recevoir ? 
Les jeunes de 12 à 17 ans reçoivent deux injections de vaccin à ARN messager Pfizer-BioNTech ou Moderna. Ceux ayant déjà contracté la Covid-19 peuvent recevoir une unique dose de vaccin ; ceux ayant contracté la Covid-19 au moins 15 jours après avoir reçu leur première injection peuvent ne pas se voir administrer la seconde dose de vaccin. 
Où se faire vacciner ? 
La vaccination est possible dans les centres de vaccination, chez son médecin traitant (généraliste ou spécialiste), en pharmacie, en cabinet infirmier ou sage-femme. Tous les centres/professionnels de santé proposant la vaccination sont référencés sur Sante.fr. 
Ou encore lors des opérations de vaccinations ponctuelles comme celles organisées dans des villes ciblées : 
• Du mardi 24 août au vendredi 27 août inclus à Lyon Mermoz 
• Du mardi 31 au vendredi 3 septembre inclus à Vaulx-en-Velin 
• Le mardi 7 et mercredi 8 septembre à Pierre Bénite 
• Le vendredi 10 et samedi 11 septembre à Grigny 
Quels documents sont nécessaires ? 
 Autorisation parentale pour les moins de 16 ans 
L’autorisation d’un des deux parents (cliquer ici) est nécessaire à la vaccination des mineurs de 12 ans à 15 ans inclus. Le document est à compléter et à apporter le jour de la vaccination. Il est disponible depuis le site du ministère des Solidarités et de la Santé. Les jeunes de 16 ans et plus peuvent accéder à la vaccination sur la base de leur seul consentement. Par ailleurs, la vaccination ne pourra pas être pratiquée sans le consentement de l’adolescent lui-même – conformément à l’avis rendu par le Comité consultatif national d’éthique. 
 Carte vitale 
Les mineurs doivent présenter la carte vitale d’un de leurs parents ou une attestation de droit mentionnant le n° de sécurité sociale d’un de leurs parents. 
 Le cas échéant, preuve d’une infection antérieure 
Si vous disposez d’une preuve d’une infection antérieure (test RT-PCR ou une sérologie positive de plus de deux mois) à la Covid-19, vous pourrez bénéficier d’un schéma vaccinal avec une seule dose. 
Vous pouvez présenter cette preuve d’infection lors de votre premier rendez-vous afin de bénéficier d’une seule dose. 
Contacts 
ARS Auvergne-Rhône-Alpes 04 27 86 55 55 ars-ara-presse@ars.sante.fr 2

Sauter vers:

Mentions Légales : Site animé et géré par Gilles Roman (journaliste indépendant) Rcs LYon en france
Nous écrire - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance