21 résultats trouvés pour MeToo

par LYFtvForum
le Sam 22 Oct 2022 - 22:32
 
Rechercher dans:
Sports

Sujet: Sine Qua NonRun : marre des commentaires sexistes dans le sport
Réponses: 0
Vues: 497

Sine Qua NonRun : marre des commentaires sexistes dans le sport

Sine Qua Non Run 2022 : Plus de 3 700 participant(e)s réuni(e)s, en présentiel et en virtuel, pour piétiner les violences sexistes et sexuelles. Depuis 2018, l’association Sine Qua Non lutte contre les violences sexistes et sexuelles, promeut la mixité, et soutient la conquête de l’espace public par les femmes à travers le sport.
[center]Tag metoo sur LYFtvNews Mate_l10
[/center]

Tag metoo sur LYFtvNews Brassi10
Ce samedi 22 octobre, pour la 5ème édition de la Sine Qua Non Run, course de 6 ou 10 km dont le départ a été donné de la Place de la Bataille de Stalingrad (Paris 19e) plus de 1 500 participant(e)s étaient réuni(e)s afin de rappeler que les sportives doivent pouvoir faire du sport où elles veulent, quand elles souhaitent, et dans la tenue de leur choix. Au total, et grâce à une version digitale proposée par l’organisation, ce sont plus de 3 700 personnes qui se sont mobilisées partout en France et dans le monde.
Tag metoo sur LYFtvNews Sine_q10

 :copyright: Michael Barriera
Pour Mathilde Castres, présidente de l’association Sine Qua Non : « Depuis 5 ans avec l’association Sine Qua Non, nous menons ce combat essentiel contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Nous portons haut la revendication de la mixité, de l’accès aux femmes et aux jeunes filles à tous les terrains de sports urbains, à tous les espaces publics où elles voudraient pratiquer leur activité sans qu’elles soient discriminées, agressées verbalement et physiquement. Nous agissons pour dire NON au sexisme, NON à toutes les discriminations, NON aux violences faites aux femmes et OUI pour le droit des femmes à faire du sport où, quand et dans la tenue qu’elles veulent. Alors ensemble, femmes et hommes continuons ce combat, changeons le récit qui laisse trop de place aux injonctions, aux jugements, aux injures qui font croire aux femmes qu’elles ne sont pas à leur place ! »
Des tables-ronde pour sensibiliser le plus grand nombre
Au-delà du défi sportif, le village de la Sine Qua Non a proposé, en amont de la course, deux tables-rondes pour sensibiliser le plus grand nombre à ce combat collectif :
Tag metoo sur LYFtvNews Zze_co10
  • 5 ans après le lancement du mouvement #MeTooétats de lieux / bonnes pratiques

  • Run, Play, Fight, Ride and Dance for Equality, faire du sport dans l’espace public : les sportives témoignent

Une course soutenue par des partenaires institutionnels et des sportives engagées
La Sine Qua Non Run est soutenue par le ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques, l’ONU Femmes, le département de Seine Saint-Denis, la Mairie de Paris et de Pantin, la RATP. L’événement est marrainée par Lucile Woodward, coach sportive et nutrition suivie par des milliers de femmes sur les réseaux sociaux, et par Sarah Ourahmoune, championne de boxe au parcours inspirant.
Une campagne de communication choc pour faire bouger les lignes
Miroir de hauteur de ce que les femmes qui font du sport doivent entendre et subir, la Sine Qua Non Run s’est appuyée sur les agences ici Barbès et Sport Market pour réaliser une campagne print et digitale, afin de dénoncer les injures inacceptables adressées aux femmes.
À propos de Sine Qua Non
L’association Sine Qua Non est née de la rencontre de trois générations de femmes, qui après avoir été confrontées de près ou de loin à l’agression sexuelle, ont désormais la volonté d’agir pour contribuer à lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Pour cela, elles ont choisi le sport qui a le pouvoir de changer des vies, notamment celles des victimes, et la capacité à produire un impact positif sur la société en faisant passer des messages avec un ton plus optimiste, plus énergique et plus fédérateur. Nos actions visent à promouvoir l’égalité, à accompagner les femmes dans leur conquête de l’espace public, et à lutter contre toutes formes de violences sexistes et sexuelle en utilisation le sport.
par LYFtvForum
le Mar 27 Sep 2022 - 18:21
 
Rechercher dans: Archives LYFtvNews
Sujet: Affaire "French Bukkake" : quatre acteurs pornos mis en examen pour viol, la fin de l'impunité !
Réponses: 2
Vues: 8254

Affaire "French Bukkake" : quatre acteurs pornos mis en examen pour viol, la fin de l'impunité !

Pour la première fois dans l'histoire parlementaire, un rapport se penche sur les pratiques du secteur et ses conséquences. Il émet 23 recommandations. 
Ce rapport d'information du Sénat se penche sur les pratiques de l'industrie pornographique. Il est présenté par les sénatrices Alexandra Borchio-Fontimp (Les Républicains), Laurence Cohen (communiste), Laurence Rossignol (socialiste) et Annick Billon (Union centriste). 
Intitulé "Porno : l'enfer du décor", le rapport du Sénat s'inscrit dans un contexte judiciaire inédit : pour la première fois en France, deux acteurs du secteur, French Bukkake et Jacquie et Michel sont dans le viseur de la justice, notamment pour "viols en réunion, traite aggravée d'êtres humains et proxénétisme aggravé". Après les auditions "éprouvantes" des victimes dans ces deux affaires, qui révèlent une "porosité entre proxénétisme, prostitution et pornographie", les auteurs se sont interrogés : faut-il aller vers une interdiction de "toute représentation non simulée d'actes sexuels à l'écran" ? 
"Nous n'avons pas choisi cette voie abolitionniste car ce marché est tellement opaque et en constante évolution qu'il est impossible de l'interdire, explique à france info Annick Billon. Mais on ose demander aux gens d'ouvrir les yeux. Je suis persuadée que ce rapport est une bombe."  Voici ce qu'il propose, en 23 recommandations :
Mettre sur la place publique les violences pornographiques et leurs conséquences 
Le constat. L'industrie de la pornographie "génère des violences systémiques envers les femmes", qu'il s'agisse des actrices ou de celles qui "subissent une sexualité calquée sur les normes de violences véhiculées par le porno", constate la mission. Il est donc urgent d'en faire une "priorité" dans le débat public. 
Avec la massification de l'offre pornographique depuis le milieu des années 2000, la consommation a explosé, entraînant un phénomène d'accoutumance et des contenus de plus en plus "trash". Selon plusieurs études citées dans le rapport, 90% des scènes pornographiques comportent de la violence, physique et verbale, et charrient des "stéréotypes misogynes, racistes, lesbophobes et hypersexualisés". Lors de son audition par la délégation parlementaire, Laure Beccuau, procureure de la République au parquet de Paris, a établi un lien entre la lutte contre cette industrie et celle contre les violences conjugales. "Nous n'avancerons jamais dans la lutte contre les violences intrafamiliales et les féminicides si on n'inverse pas la tendance en matière de pornographie."
Le rapport appelle à ce que "les conditions dans lesquelles se déroulent la plupart des tournages pornographiques soient connues de toutes et tous", notamment des consommateurs, qui doivent être "informés des dessous de fabrication sordides de cette industrie prédatrice".
Les parents doivent être aussi "pleinement conscients" que leurs enfants "seront confrontés, au cours de leur minorité, volontairement ou non, de façon répétée, intensive ou épisodique, à du contenu pornographique violent"
Renforcer l'arsenal judiciaire pour mieux protéger les actrices 
Les auditions l'ont confirmé : les recruteurs dans le milieu de la pornographie ciblent des femmes jeunes, voire très jeunes, précaires et fragiles psychologiquement. "Le mode opératoire est toujours le même : il consiste à violer une première fois pour soumettre les victimes" (...)
Le Sénat espère que les informations judiciaires en cours vont ouvrir la voie à un #Metoo dans la pornographie, encourageant d'autres victimes à porter plainte.
Le rapport recommande de former les forces de l'ordre au recueil de ces plaintes spécifiques et d'instaurer le suivi de leur dossier par un contact unique. Il appelle l'exécutif à donner plus de moyens aux enquêteurs et magistrats chargés de ces enquêtes

Faciliter la suppression des vidéos en ligne pour le "droit à l'oubli" 
Les sénateurs estiment qu'il faut "imposer aux diffuseurs, plateformes comme réseaux sociaux, des amendes face à toute diffusion de contenu illicite". Ils encouragent aussi les autorités à "créer une catégorie 'violences sexuelles' dans les signalements [sur la plateforme] Pharos afin de faciliter et de mieux comptabiliser les signalements". 
Appliquer (enfin) la loi pour interdire l'accès des mineurs à la pornographie
Les chiffres cités dans le rapport sont édifiants (...) Les conséquences sont multiples : traumatismes, troubles du sommeil, de l'attention et de l'alimentation, vision déformée et violente de la sexualité… Le Code pénal interdit pourtant toute diffusion de contenu pornographique susceptible d'être vu par un mineur (...) 
Actuellement, l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom, ex-CSA) n'a pas les mains libres pour sanctionner directement les sites accessibles aux mineurs. Elle doit procéder par voie d'huissier et faire des mises en demeure. Le rapport préconise d'assermenter ses agents pour qu'ils puissent constater eux-mêmes les infractions et de permettre à l'Arcom de prononcer une sanction administrative aux montants dissuasifs, comme cela se fait déjà en matière de lutte contre la haine en ligne. 
L'autre levier d'action est la vérification de l'âge des internautes. Les sénateurs insistent sur l'urgence de trouver des solutions techniques satisfaisantes pour vérifier leur identité tout en protégeant les données personnelles. 
Miser sur la prévention en donnant des moyens à l'Education nationale 
Les sénateurs demandent une évaluation annuelle de l'application de la loi dans chaque académie, avec la désignation d'un délégué. Et plaident pour que dans ces séances, "les sujets relatifs à la marchandisation des corps et à la pornographie" soient abordés. "Une approche par la santé semble plus efficace auprès des adolescents qu'une approche moralisatrice ou culpabilisante", relèvent les sénateurs. Pour cela, elles mettent en avant la nécessité de recruter des professionnels de santé formés : "L'Education nationale ne compte que 7 700 infirmiers pour 62 000 sites scolaires et 13 millions d'élèves. C'est trop peu.
Enfin, la mission juge utile de sensibiliser les parents en menant une campagne de communication autour de la plateforme jeprotegemonenfant.gouv.fr.

par LYFtvForum
le Mer 15 Juin 2022 - 16:43
 
Rechercher dans:
Justice, Egalité, Droits

Sujet: Michel Piron en garde à vue. "Derrière Jacquie et Michel, un système organisé"...
Réponses: 1
Vues: 553

Michel Piron en garde à vue. "Derrière Jacquie et Michel, un système organisé"...

Communiqué d'Osez le féminisme : "Nous nous réjouissons d’apprendre que Michel Piron, propriétaire de Jacquie et Michel, et quatre complices, sont actuellement en garde à vue pour des faits supposés de complicité de proxénétisme et de viols". 
 
Tag metoo sur LYFtvNews 9b3a5fee-beeb-d389-b6d1-fc4fd0ff5e96
Un système organisé de proxénétisme et de viols. 
L’impunité des pornocriminels se fissure, et la justice écoute enfin les victimes. C’est toute l’industrie pornographique qui est dorénavant face à la justice : acteurs, rabatteurs, producteurs, réalisateurs, diffuseurs constituent un véritable système proxénète et criminel. 
Nous exigeons que cesse cette zone de non-droit qu’est la pornographie. 
En 2020, Osez le Féminisme, les Effrontées, et le Mouvement du Nid ont fait des signalements contre Jacquie et Michel pour proxénétisme, viols, traite des êtres humains et actes de torture et de barbarie, suite à l’enquête du journaliste Robin d’Angelo, qu’il relate dans “Judy, Lola, Sofia et moi”, et dans la vidéo-enquête sur Konbini de février 2020. 

Dans cette vidéo, l’un des fondateurs de ARES, la société propriétaire de Jacquie et Michel déclarait à propos de leurs méthodes de rabattage : “En France, (...) c’est interdit. C’est du proxénétisme. De toute façon, si tu trouves une fille, on met un truc qui n’a rien à voir (...) pour ne pas s’attirer les foudres”. La défense de Piron qui consiste à dire qu’il n’était pas au courant des violences commises sur les tournages est intenable alors que ce sont les diffuseurs qui commandent ces contenus violents et dégradants aux producteurs. Le “porno amateur” est un vaste mensonge. Seul existe un système de proxénétisme organisé.
Les pénétrations sexuelles obtenues sous contrainte, les violences sexuelles et les actes de torture infligés, les manipulations commises contre des femmes rabattues et piégées, les diffusions incontrôlées des vidéos sont la norme de cette industrie criminelle. 
C’est aussi ce que démontre l’enquête du Monde à propos de l’autre affaire impliquant douze producteurs et acteurs, dont Mathieu Lauret, l’un des principaux producteurs de Jacquie et Michel et de Dorcel, mis en examen et en détention provisoire pour proxénétisme, viols aggravés et traite des êtres humains.
Il est grand temps que cesse cette zone de non-droit qu’est l’industrie pornocriminelle. Nous réclamons la Justice. Nous réclamons également que les acteurs institutionnels se réveillent et prennent la mesure du problème.
Nous dénonçons l’impuissance de l’ARCOM qui échoue à faire appliquer la loi de protection des mineurs. Les pornocrates s’enrichissent par la diffusion massive de violences sexuelles et sexistes auprès d’enfants, ce qui constitue un “viol psychique” selon les psychologues auditionnés au Sénat récemment.
Nous dénonçons l’inaction de PHAROS, auprès duquel Osez le Féminisme ! a signalé des centaines de contenus illicites : pédocriminalité, viols, apologie de crimes sexuels, apologie de la haine raciale, lesbophobie… Aucun contenu n’a été retiré pour l’instant. 
La révolution #MeToo n’aura pas lieu si nous ne rendons pas justice aux victimes du pire système de violences masculines. La révolution #MeToo n’aura pas lieu tant que la pornographie, outil de propagande patriarcale, continuera à propager le pire de la culture du viol. 
Enfin, s’il devait y avoir mise en examen pour proxénétisme et viols à l’issue de cette garde à vue de Piron, nous exigeons la fermeture immédiate des contenus de la société ARES, dont le site de Jacquie et Michel, et des chaînes TV de Jacquie et Michel hébergées par le groupe CANAL+." 
par LYFtvForum
le Sam 28 Mai 2022 - 20:00
 
Rechercher dans:
Justice, Egalité, Droits

Sujet: L’ARCOM a saisi la justice... qui refuse le blocage de sites pornographiques !
Réponses: 0
Vues: 389

L’ARCOM a saisi la justice... qui refuse le blocage de sites pornographiques !

Communiqué de Osez le Féminisme : "L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !"[size=30] L’ARCOM a saisi le 8 mars 2022 la justice qui vient ce 24 mai de refuser le blocage de cinq sites pornographiques pourtant mis en demeure de vérifier l’âge des internautes.[/size]


Tag metoo sur LYFtvNews 5819d9e2-7e16-ef55-0ca0-5473287eb905

 La Justice a fait primer les intérêts des pornocrates et des “consommateurs” de pornographie sur les droits fondamentaux et l’intégrité psychique et physique des enfants. 
La star Billie Eilish a déclaré avoir visionné du porno dès l’âge de 11 ans, et que cela avait “détruit son cerveau”. Au moment d’entrer dans la sexualité, “dévastée” par la pornographie, elle n’a pas réussi à refuser des pratiques violentes non désirées et reste hantée par des cauchemars, conséquences traumatiques de son exposition précoce à des violences sexuelles pornographiques. 
Selon une étude américaine, 88% des vidéos contiennent des scènes de violence sexuelle (1) (gorge profonde agressive, étranglement, sodomie violente, éjaculation faciale, coups, tirage de cheveux, crachats, urine, bukkake…). Faute d’éducation à la vie sexuelle et affective, ces vidéos pornographiques éduquent les adolescents et adolescentes à l’érotisation et à la banalisation de la violence sexiste, à la haine des femmes, à la haine raciale. Selon l’étude de “Mémoire traumatique et victimologie” de février 2021, à cause de la pornographie, les jeunes sont la tranche d’âge qui adhère le plus à la culture du viol (34% des hommes de 18 à 24 ans pensent que quand une femme dit “non”, elle pense “oui”). Les jeunes, dont le cerveau est en construction (2), peuvent développer une addiction, recherchant des contenus de plus en plus violents, et deviennent incapables d’entrer dans des relations affectives ou sexuelles basées sur la bienveillance et le désir partagé : hausse de sentiments dépressifs et détérioration de la santé mentale, problèmes d’érection pour les garçons, incapacité pour les filles à nommer et à refuser des pratiques sexuelles violentes. A l’heure de #METOO, la pornographie est responsable d’une immense crise de santé publique.
L’industrie pornographique ne s’y trompe pas en inondant de contenus pornos, par le biais de pop-ups, les plateformes de streaming et de jeux en ligne, très souvent utilisés par les enfants et les adolescents. Par ailleurs, les pornocrates, qui disposent de moyens illimités, font aussi un lobbying intense avec les meilleurs cabinets d’avocats pour se soustraire à l'obligation de vérifier l'âge de leurs utilisateurs (3) 
Si en effet le Code pénal interdit d’exposer les mineur.es à de la pornographie, les sites n’ont jamais appliqué cette loi, se contentant de demander en un clic “avez vous bien 18 ans ?” à l’entrée du site. L’article 23 de la loi du 30 juillet 2020 oblige dorénavant les sites à contrôler effectivement l’âge des internautes, et donne mandat à l’ARCOM de vérifier la mise en place de dispositifs efficients. Il a fallu attendre octobre 2021 pour obtenir le décret d’application, puis attendre décembre 2021 pour obtenir une première mise en demeure de l’ARCOM sur 6 sites signalés par les associations de protection de l’enfance dès 2020. De son côté, en décembre 2021, Osez le Féminisme ! a fait une seconde saisine auprès de l’ARCOM sur 118 sites ne respectant pas la loi. Nous attendons la réponse de l’ARCOM ! 
Parmi les 6 premiers sites mis en demeure, “Jacquie & Michel” prétend avoir mis en place un dispositif de contrôle, qui se révèle inefficace (4). Ce dispositif, non conforme, a suffi à l’ARCOM pour ne pas les inquiéter pour l’instant. Les autres sites, Pornhub, Tukif, XHamster, XVideos et Xnxx ont tout bonnement ignoré les mises en demeure de l’ARCOM qui les a renvoyés devant la justice. Mais ce 24 mai 2022, la Justice a refusé le blocage des sites incriminés, arguant d’une “erreur de procédure”
Jouer des délais pour rester dans l'illégalité est une stratégie parfaitement assumée de l’industrie pornocriminelle. 
En parallèle, Osez le Féminisme ! a signalé plus de 200 vidéos de contenus illicites à la plateforme PHAROS : vidéos pédocriminelles, de violences sexuelles, d’acte de torture, ou d’apologie de la haine raciale, ou d’incitation à commettre un crime (viol, inceste…). Aucun contenu n’a été retiré pour l’instant. 
En somme, la diffusion des contenus sexuels et misogynes est hors de contrôle, au plus grand bonheur des pornocrates. L'échec de l’ARCOM à obtenir de la Justice le blocage des sites est une honte. Face à une industrie pornocriminelle dans la totale illégalité, l’État comme la Justice tergiverse, attend et finalement abdique. Nous exigeons que la pornographie cesse d’être cette zone de non-droit, et qu’une réponse forte et efficace soit enfin enclenchée. 
(4) “Jacquie & Michel” a osé fallacieusement plaider “l’erreur technique” devant la commission sénatoriale s’étonnant que le contenu pornographique soit encore accessible.
par LYFtv-Politique
le Ven 8 Avr 2022 - 18:01
 
Rechercher dans:
Justice, Egalité, Droits

Sujet: Le programme du Haut Conseil à l'Egalité : pornographie, télétravail, femmes dans le numérique, parité en politique…
Réponses: 0
Vues: 579

Le programme du Haut Conseil à l'Egalité : pornographie, télétravail, femmes dans le numérique, parité en politique…

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE), réuni lors sa première Assemblée plénière en présence de la ministre Elisabeth Moreno, a adopté sa feuille de route pour l’année à venir. 
Tag metoo sur LYFtvNews Df2dac7108d5c582c5faf808af12fb36592305e5391cd557c984fbe478a596d4
Les 96 membres délibérants (54 pour l’ancien HCE devenu formation pour les droits des femmes auxquels s’ajoutent désormais les 42 de l’ancien CSEP devenu formation pour l’égalité professionnelle) et les 35 autres personnes prenant part aux travaux vont s’intéresser à de nombreux sujets, souvent brûlants d’actualité, qui seront l’objet de rapports, d’avis ou de vigilances. Sous la présidence de Sylvie Pierre-Brossolette, les deux branches du HCE travailleront chacune dans son périmètre de compétence mais seront amenées à collaborer, échanger et voter ensemble le programme. 
Tag metoo sur LYFtvNews 27cc8fd7c4c5caa1cc01d2d81aef09d23b0732e9b2e66d74ebfd6faaf68c34f0
Les textes eux-mêmes seront adoptés dans chaque formation :

  • Côté « éga pro », deux thèmes seront abordés : l’impact du télétravail sur la vie des femmes, que les nouveaux modes d’organisation des entreprises ne doivent pas pénaliser ; et l’efficacité de l’index Pénicaud, pour lequel des améliorations seront proposées.

  • Côté « droits des femmes », les cinq commissions, toutes co-présidées pour la première fois par un binôme femme-homme, se répartiront la tâche ainsi : pour la lutte contre les stéréotypes, la deuxième édition du nouveau baromètre sur l’état du sexisme en France et l’analyse de l’image des femmes dans le numérique, secteur où elles sont particulièrement malmenées ; pour la santé, les psychotraumas des femmes victimes de violences et les centres supposés les prendre en charge ; pour les violences, la pornographie qui broie tant de femmes et l’impact sur la société de la diffusion des actes de violence ; pour la parité, le bilan de la présence des femmes et des hommes à la suite des élections présidentielles et législatives ; pour l’international, l’évaluation des engagements de la France en faveur de la diplomatie féministe.

Cette liste de rapports n’est pas exhaustive, et sera complétée par d’autres thèmes proposés par les membres venant de tous les horizons (partenaires sociaux, associations, politiques, personnalités qualifiées…).
« Nous travaillerons en toute indépendance, affirme Sylvie Pierre-Brossolette, dans un esprit collectif soucieux de concertation. Nous serons à l’écoute des grondements et même des frémissements de la société. Fort de son expertise renforcée, le nouvel HCE fera des propositions aux pouvoirs publics en vue de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes, en droit comme en pratique ».
De nouveaux et nouvelles président·es de commissions pour la formation « droits des femmes et lutte contre le sexisme et les violences faites aux femmes »
Commission « Diplomatie féministe et enjeux internationaux et européens »

Tag metoo sur LYFtvNews 62add09645de11b33c3a7adfa5d9da2faf21204b1a316eb8e000523b08de7d2c
Jocelyne Adriant Mebtoul, membre du HCE depuis 2019, est experte pour les droits des femmes à l'international. Elle a été Directrice de cabinet de la ministre de la Francophonie, y organisant le 1er Forum mondial des femmes francophones. Puis Déléguée spéciale aux Relations internationales de la Ville de Paris, elle est élue présidente de la CLEF, ONG de plaidoyer pour l'égalité en France, en Europe et à l'international, réseau de cent associations françaises. Elle est également fondatrice-présidente de Femmes du Monde et Réciproquement (FMR).

Tag metoo sur LYFtvNews 091b7935e7d40fa4428cdb9ff015d4cb4792b980ca5b680a217e443d01e1d6fc

Nicolas RAINAUD
Nicolas Rainaud, membre du HCE depuis 2019, est responsable plaidoyer chez Equipop. Diplômé de Sciences Po Paris, il travaille depuis une douzaine d’années dans le domaine de la solidarité internationale. Il contribue à diverses dynamiques de plaidoyer en faveur des Droits et Santé Sexuels et Reproductifs (DSSR) et de politiques publiques féministes, et participe à des espaces collectifs tels que Coordination SUD.
Commission « Lutte contre les violences faites aux femmes »
Philippe CALLEN
Magistrat judiciaire depuis février 1990, spécialisé dans les tutelles et le droit de la famille ainsi que le droit des réfugié·es, Philippe Callen a été détaché à la Cour nationale du droit d'asile de 2009 à 2015 où il continue à présider des audiences régulièrement. Très attaché au vécu d'hommes et de femmes d'horizons différents, il a été nommé en 2012 secrétaire général de l'Association française des juges de l'asile. Il a participé activement au Grenelle des violences faites aux femmes de septembre à novembre 2019, après avoir contribué à l'élaboration d'un protocole sur une optimisation de l'ordonnance de protection et d'un Guide de lutte contre le mariage forcé dans le Val d'Oise. Il est membre du Comité national sur l'ordonnance de protection.
Tag metoo sur LYFtvNews A93309742f2272f9451dbfc03861d6f4e5df32c31f42d3852239dd01a02c8db1
[size=18]Céline PIQUES
[/size]
Céline Piques est engagée à Osez le Féminisme ! depuis 8 ans : membre du Conseil d’administration depuis 2014, porte-parole de 2017 à 2021, présidente de 2019 à 2021, elle fut de tous les combats de l’association : lutte contre les violences masculines #METOO, défense de la loi abolitionniste de 2016, lutte contre la pornocriminalité, lutte contre les stéréotypes sexistes et éducation sexuelle féministe. Elle est par ailleurs, membre du Bureau du Centre Hubertine Auclert et autrice d’un essai féministe « Déviriliser le monde ». Céline Piques est parallèlement économiste, ayant travaillé 15 ans dans le secteur bancaire, après un diplôme d’ingénieur Centrale-Supelec et un double master en mathématiques et économie.
Commission « Santé des femmes, droits sexuels et reproductifs »

Tag metoo sur LYFtvNews 9a9c6bf54268cfc0df25fa1292a12d55bf88eb52896faa1e8f85e49724440c18

Médecin généraliste au Centre de santé de la ville de Romainville depuis novembre 1989, Gilles Lazimi a également été directeur du centre de 1989-2014 puis responsable des actions prévention santé de la commune de Romainville. Professeur associé en médecine générale à la faculté de Sorbonne Université depuis 2018, il a été membre du HCE de 2013 à 2019. Militant associatif, membre du Collectif féministe contre le viol (CFCV) et de SOS FEMMES 93, d’ONU Femmes France, de la Fondation pour l’Enfance et STOPVEO, il coordonne depuis près de 20 années des campagnes de sensibilisation et d’information au niveau national sur les violences conjugales, les violences sexuelles, la pédocriminalité, les violences envers les enfants dont les violences éducatives ordinaires.
Tag metoo sur LYFtvNews 62b138c221af63100c38f2df6f15005615e1fe9fd70385056b4425c6bec66377
Emmanuelle PIET 
Emmanuelle Piet, membre du HCE depuis 2019, est médecin de Protection maternelle et infantile (PMI) en Seine-Saint-Denis. Très tôt, elle fait de la protection de la santé des femmes sa vocation. Après des études de médecine (1969-1976) à l’Hôtel-Dieu de Paris, la Dre Emmanuelle Piet s’engage rapidement auprès du Planning familial pour défendre les droits des femmes. Forte de cette expérience, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, où elle exerce, lui confie la gestion des centres de planification de la contraception. Depuis 1992, elle milite activement en tant que présidente du Collectif féministe contre le viol (CFCV), dont l’action a permis de faire évoluer la législation sur le sujet
Commission « Lutte contre les stéréotypes et la répartition genrée des rôles sociaux »
Tag metoo sur LYFtvNews Bf73f01b1c7fe51cac4a52484d58ebaac39c01c2f639c2d1bd46d8b4d2aab464

Marie-Anne BERNARD
Agrégée de philosophie, Marie-Anne Bernard a exercé d’abord des fonctions dans l’édition (conseillère littéraire chez Grasset, directrice générale des éditions François Bourin puis directrice générale de Julliard). Après avoir intégré l’audiovisuel public en 1995, elle y est successivement directrice adjointe des programmes de France 5, directrice de la communication de France 5, déléguée générale de la fondation France Télévisions et depuis 2012, directrice de la RSE de France Télévisions. A ce titre, elle anime la politique égalité femmes/hommes du groupe.
par LYFtvForum
le Mar 8 Mar 2022 - 17:11
 
Rechercher dans:
Politique Actualités France

Sujet: Présidentielles 2022 : le féministomètre des 12 candidats qui participent à la finale
Réponses: 0
Vues: 945

Présidentielles 2022 : le féministomètre des 12 candidats qui participent à la finale

Elections présidentielles : découvrez notre féministomètre de tous.tes les candidat.es !
Tag metoo sur LYFtvNews 41dd6c1b-41fc-72ed-03fb-efbcd3bc7a56
A la veille du 8 mars, Osez le Féminisme ! présente son analyse des programmes des candidat.es à la présidentielle : certain.es font l’impasse sur les droits des femmes ou les instrumentalisent à des fins racistes, d’autres promettent des mesures ambitieuses, effet d’annonce ou véritable engagement féministe ?
Tag metoo sur LYFtvNews 29972bfb-f959-f59a-7d50-f4dc5fc42339
Les candidat.es d’extrême droite se retrouvent en bas du classement dans la catégorie “misogyne” : attaques contre l’IVG et la PMA, politiques familialistes conservatrices, positionnement en faveur de la prostitution, etc. Eric Zemmour, notamment, brille par ses propos masculinistes et fait l’apologie de la culture du viol. Condamné pour incitation à la haine raciale, il instrumentalise la question des droits des femmes à des fins racistes : stigmatisation des femmes musulmanes et promotion du stéréotype du violeur nécessairement racisé. 
Tag metoo sur LYFtvNews Baa850cc-a624-e0c2-cc4a-c24bd4ee8b2e
Tag metoo sur LYFtvNews 6e3b0d53-a579-baae-3a60-9868c12f5a85
Tag metoo sur LYFtvNews 3b904478-c31c-e559-e05e-3f2ddda0c5fc

Si Valérie Pécresse présente quelques mesures en faveur des droits des femmes, notamment en direction des familles ou de la santé des femmes, sa campagne est marquée par un virage vers des idées réactionnaires, fustigeant les militant.es féministes qu’elle accuse de “wokisme” et mettant en garde contre l’écriture inclusive qu’elle qualifie de “dangereuse” à l’instar de Jean-Michel Blanquer. 
Tag metoo sur LYFtvNews 1ad4e8e0-a5be-34c3-83bf-ebc71b2ae8f2

En ce qui concerne LREM, le bilan d’Emmanuel Macron parle de lui-même : lors de son mandat, il a pratiqué un féminisme de façade. La “grande cause du quinquennat” annoncée n’a pas été suivie de mesures fortes. Énormément de fausses promesses, mensonges et effets de communication non suivis de moyens ont déçu les féministes. Les mesures économiques libérales ayant été adoptées ont pénalisé les femmes. En pleine ère #metoo, Emmanuel Macron a promu au Ministère de l’Intérieur un homme accusé de viol et abus de confiance. 
Tag metoo sur LYFtvNews 3e397b43-a5fe-77a1-467c-3a2e0954bad8
Il s’est régulièrement positionné contre les droits des femmes (IVG). Les victoires féministes de ces cinq dernières années lui ont été arrachées par les associations en lien avec des parlementaires allié.es. 
Yannick Jadot s’illustre en étant le seul candidat de gauche à s’être prononcé contre la loi abolitionniste de la prostitution de 2016, comme Eric Zemmour et Marine Le Pen ! Par la suite, il a rétro-pédalé mais entretient une posture floue qui met en évidence son manque de conviction féministe. Il est temps qu’il commence à écouter les féministes de son parti !
Tag metoo sur LYFtvNews 2a26498c-2aad-858a-383d-2b5639a1c3d6

La France Insoumise, le Parti Socialiste et le Parti communiste proposent en revanche des mesures concrètes et détaillées pour l’égalité entre les femmes et les hommes : plan de lutte contre les violences masculines, santé des femmes et droits sexuels et reproductifs, éducation non sexiste, mesures économiques et fiscales en faveur des femmes. Nous espérons que ces promesses seront tenues en cas de victoire…
Tag metoo sur LYFtvNews B47635f9-b1d2-4226-5a60-9b3c783ca61a
Pour un vrai programme féministe, lisez nos revendications !
Si vous voulez lire un programme féministe pour la France, Mesdames et Messieurs les candidat·es, c’est ici que cela se passe : 

#OsezLEgalite2022 : Les 12 mesures phares d'Osez le Féminisme !
Le programme féministe d'Osez le Féminisme !
Découvrez toutes nos fiches d'analyse des programmes des candidat.es
Tag metoo sur LYFtvNews D7327be7-9e68-895f-0056-96f25a526da8
Tag metoo sur LYFtvNews 8b71d26e-db82-25e6-4038-9155165dc4a4
Tag metoo sur LYFtvNews 0262c3ab-44ca-9ff6-50f7-4117b9c23790
Tag metoo sur LYFtvNews F2f6f891-bd2c-47ca-aca8-dcc348bdae0f
par LYFtvForum
le Mar 8 Mar 2022 - 15:35
 
Rechercher dans:
Justice, Egalité, Droits

Sujet: Journée des femmes : le HCE révèle son baromêtre du sexisme 2022
Réponses: 0
Vues: 588

Journée des femmes : le HCE révèle son baromêtre du sexisme 2022

Sexisme en 2022 : le 1er baromètre révèle les raisons de sa persistance malgré une forte volonté des Français·es de le combattreUn nouvel outil pour objectiver, mesurer et combattre le sexisme chaque année
Tag metoo sur LYFtvNews Df2dac7108d5c582c5faf808af12fb36592305e5391cd557c984fbe478a596d4
La 4e édition de notre rapport sur l’état des lieux du sexisme en France, remise au Gouvernement ce jour, se centre sur les résultats d’un sondage inédit effectué par l’institut Viavoice sur un échantillon représentatif de 3000 personnes et qui constitue le nouveau « Baromètre Sexisme ».
Ce premier Baromètre Sexisme révèle un décalage constant entre d’un côté le vécu du sexisme, persistant, systémique et massif, et la conscience qu’il faut y répondre, quasiment unanime ; et de l’autre l’incapacité à le déceler réellement, notamment lorsqu’il se manifeste au quotidien. Le sexisme est à la fois perçu comme un fléau à combattre, et vécu comme un état de fait quasi imperceptible.
« Notre premier baromètre révèle à quel point il faut encore faire preuve de pédagogie pour lutter contre le sexisme et amplifier les politiques destinées à le faire régresser et le sanctionner», précise Sylvie Pierre-Brossolette, la présidente du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE).
En 2021, une deuxième vague #MeToo déferle dans l’impunité

Près de 5 ans après la première vague #MeToo, l’année 2021 semble être marquée par le déferlement d’une deuxième vague de dénonciations d’actes sexistes. Selon le Baromètre, 78% des Françaises ont vécu personnellement un acte sexiste ou ont été destinataires de propos sexistes. Les indicateurs des violences sexistes et sexuelles sont également alarmants : 13% des femmes ont subi un viol ou une agression sexuelle - taux qui monte à 20% pour les 18-34 ans.
Plus de la moitié (53%) des Français·es considèrent que les actes et les propos sexistes sont en augmentation, un sentiment validé par la hausse, selon les dernières statistiques, d’un tiers des violences sexuelles. Ces augmentations sont également dues à une sensibilisation croissante de la population, puisque, depuis le mouvement #MeToo, 22% des Français·es ont pris conscience des inégalités entre les femmes et les hommes.

Pour autant, les Français·es ne se sentent majoritairement pas informé·es sur les lois et sanctions existantes pour lutter contre le sexisme (53%), et 77% considèrent que le sexisme reste impuni en France, ce qui explique que la réponse aux violences sexistes et sexuelles passe majoritairement par une stratégie individuelle d’évitement : ainsi, 86% des Françaises ont déjà mis en place des stratégies d’évitement pour ne pas être victimes d’actes ou propos sexistes. Une des explications de ce dysfonctionnement réside dans le fait que le sexisme n’est pas toujours bien identifié comme tel, puisque, par exemple, 16% des hommes considèrent encore qu’une femme agressée sexuellement peut, en partie, être responsable de sa situation ; et seul·e 1 Français·e sur 2 reconnait les féminicides comme meurtres singuliers d’une femme de par sa condition de femme. Face à ces constats, la lutte contre l’impunité des violences sexistes et sexuelles doit devenir la priorité.
[b]Les femmes sont les grandes perdantes économiques d’un monde post-crise[/b]
Dans le travail, les écarts salariaux continuent de se creuser : les femmes se spécialisent dans des métiers plus précaires, alors même qu’ils sont les plus socialement utiles, exposant les femmes à la pauvreté au travail. Les plafonds et parois de verre persistent : plus d’1 femme sur 5 a déjà vécu un écart de salaire avec un collègue homme à poste égal ou compétences égales, une proportion qui s’élève à plus d’1 tiers (37%) pour les cadres. 74% des Français·es considèrent que les femmes ne sont pas traitées comme les égales des hommes au travail.
Le télétravail renforce ces tendances, puisqu’il implique davantage la charge domestique dans l’environnement professionnel. Or, encore 27% des Français·es considèrent comme normal que les femmes arrêtent de travailler pour s'occuper de leurs enfants. En favorisant le retour des femmes à domicile où les déséquilibres sexistes persistent donc sans être identifiés, le télétravail risque de renforcer l’éloignement des femmes de l’emploi.
Enfin, le sexisme prospère toujours en entreprise : selon le Baromètre Sexisme, près de la moitié des Françaises (46 %) ont déjà été victimes d’actes ou de propos sexistes au travail. Les femmes renoncent aussi plus souvent à un métier ou une envie professionnelle : cela concerne par exemple 1 femme sur 4 (27%) de 25-34 ans. Face à ces constats, le conditionnement des financements publics dans l’économie à des engagements pour l’égalité et la parité, soit le principe d’égaconditionnalité, doit devenir la norme.

Les femmes restent des intruses dans les sphères de pouvoir, de savoir, de parole
En politique, la parité et l’égalité sont encore loin d’être atteintes, notamment en raison du sexisme endémique qui y domine. Dans les médias et le numérique, les femmes sont toujours minoritaires, mais encore le discours sexiste y prospère et le sexisme lui-même y est une notion particulièrement mal traitée : le Baromètre Sexisme nous apprend que seulement 6% des Français·es considèrent que le sexisme est présenté correctement dans le débat public.
Enfin, les représentations dans le cadre éducatif montrent un clair manque d’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge. Si les jeunes générations sont sensibles aux stéréotypes et discriminations, la persistance d’une culture du viol et le décalage avec certaines notions fondamentales du sexisme sont à déplorer. L’éducation à l’égalité doit être une priorité pour non seulement lutter contre le sexisme dès le plus jeune âge mais encore le prévenir tout au long de la vie.
Retrouvez les travaux du HCE sur les stéréotypes et les rôles sociaux  

par LYFtv-LYon
le Lun 13 Déc 2021 - 16:42
 
Rechercher dans: Archives LYFtvNews
Sujet: En kiosque : Mag2Lyon "place à la nature, chasse à la voiture"
Réponses: 0
Vues: 516

En kiosque : Mag2Lyon "place à la nature, chasse à la voiture"

Place à la nature, chasse à la voiture ! La requalification des quais en Rive droite du Rhône devrait vite s’imposer comme un des projets les plus symboliques des mandats de Grégory Doucet et Bruno Bernard. Une première concertation va être organisée place des Terreaux du 15 au 18 décembre prochains. Les débats vont se poursuivre au cours de l'année 2022. C'est le dossier de Mag2 Lyon. 
Tag metoo sur LYFtvNews Mag2ly11
Egalement dans Mag2 Lyon
Grand Entretien : Jamais le monde n’aura été aussi incertain. Pourtant, les États comme les entreprises s’obstinent à tenter de prévoir l’inconnu. Grâce à des modèles dépassés. C’est du moins le diagnostic de Philippe Silberzahn, professeur à l’EM Lyon qui publie Bienvenue en Incertitude
Politique : La Lyonnaise Ninon Guinel est l’une des 285 signataires d’une tribune pour un#metoo politique”. Directrice de campagne puis cheffe du cabinet du maire écologiste de Lyon Grégory Doucet, elle estime que les partis politiques doivent s’organiser pour réagir dès les premiers soupçons.
Société : En quelques années, elles ont envahi les rues de Lyon. Au volant : des adolescents. Les voitures sans permis deviennent à la mode alors qu’elles étaient victimes d’une image un dégradée. Comment expliquer cette renaissance ? 

Découvrez les reportages vidéos de Mag2 Lyon. L’émission BFM Lyon Politiques a également repris mi septembre pour une nouvelle saison en partenariat avec Mag2Lyon. 
Emissions à revoir sur www.mag2lyon.fr et www.bfmtv.com/lyon/
Vous pouvez désormais acheter votre magazine papier en ligne sur notre site mag2lyon.fr ou même en version numérique. A lire sur ordinateur, tablette ou téléphone. Pour emmener votre mensuel partout avec vous : Mag2 Lyon Version numérique
par LYFtv-Politique
le Mar 30 Nov 2021 - 15:27
 
Rechercher dans: Archives LYFtvNews
Sujet: Présidentielles 2022 : le "féministomètre" des candidats Les Républicains (Primaire)
Réponses: 0
Vues: 893

Présidentielles 2022 : le "féministomètre" des candidats Les Républicains (Primaire)

Primaire des candidat.e.s "Les Républicains" : les droits des femmes passent à la trappe !
Nous avons analysé les discours, programmes, pratiques politiques, et communications des candidatures au Congrès des Républicains. Le résultat est inquiétant ! Quelques années après #metoo, certains candidats semblent tout simplement avoir oublié d’inscrire dans leur programme les questions des droits des femmes et de la lutte contre les violences systémiques qu’elles subissent !
Tag metoo sur LYFtvNews 86cbdb4e-968d-eaf0-57ca-787e7f3a0d78

Tag metoo sur LYFtvNews 4e032498-61bd-ab88-feb2-43e749b66aea
​​​​Valérie Pécresse est la seule à faire quelques propositions sur l’égalité femmes-hommes, notamment par des mesures économiques (défiscalisation des pensions alimentaires, allocations familiales dès le 1er enfant...) ainsi que des mesures de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Toutefois, elle propose un modèle d’indemnisation chômage dégressif défavorable en majorité aux femmes en situation de précarité. 
Malheureusement, ni ses propositions en faveur des femmes, ni son bilan à la Région Ile-de-France (l’action du Centre Hubertine Auclert et des campagnes contre le sexisme auprès des lycéen·nes, entre autres) ne sont mises en avant dans sa campagne : “Féminisme” serait-il un gros mot pour l’électorat des Républicains ?
Pour les autres candidats, c’est l’impasse totale : aucune proposition pour les droits des femmes dans les programmes de Ciotti, Barnier, Bertrand et Juvin.
À l’exception d’un ou deux tweets n’engageant pas à grand-chose, aucun·e candidat·e ne s’est non plus clairement positionné·e sur le sujet des violences faites aux femmes, à l’occasion de la journée internationale dédiée, ce 25 novembre.
Leurs débats ont aussi fait l’impasse sur #metoo, la lutte contre les violences sexistes, sexuelles et pédocriminelles, les inégalités salariales, la lutte contre les stéréotypes sexistes... Les droits des femmes ne sont qu’instrumentalisés pour se focaliser sur le sujet du voile dans un contexte où l’immigration domine leurs débats.
Ce silence autour des droits des femmes, question de société majeure, est d’autant plus préoccupant qu’il est totalement à rebours des aspirations des Français·es dont 68% se déclarent féministes et dont 58% estiment que la lutte contre les violences faites aux femmes doit être un objectif prioritaire pour le Gouvernement.
Jusqu’aux élections de 2022, nous scruterons et analyserons les engagements des candidat·es de tous bords, pour leur rappeler : les droits des femmes pèsent dans nos votes, nous voulons l’égalité en action !
Découvrez toutes nos fiches d'analyse des programmes des candidat.es en cliquant ici !
par LYFtvForum
le Jeu 18 Nov 2021 - 19:33
 
Rechercher dans:
Librairie, Edition

Sujet: Le Haut Conseil à l’Égalité publie aujourd’hui le 3ème état des lieux du sexisme en France
Réponses: 0
Vues: 902

Le Haut Conseil à l’Égalité publie aujourd’hui le 3ème état des lieux du sexisme en France

Le HCE publie aujourd’hui le troisième état des lieux du sexisme en France, conformément aux dispositions de la loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et la citoyenneté. 
Dans ce rapport annuel 2020-2021, trois domaines ont été plus spécifiquement analysés par la commission « Lutte contre les stéréotypes et la répartition des rôles sociaux » du HCE : les conséquences de la crise sanitaire sur les femmes, le sexisme en entreprise et les violences sexistes et sexuelles dans des secteurs variés. Dans la continuité de l'état des lieux 2019 du sexisme en France, dont le focus portait sur les médias audiovisuels, cette édition propose une analyse du sexisme dans la presse écrite et 20 recommandations pour y améliorer la place des femmes.
Tag metoo sur LYFtvNews F432a2b6a446b68d382d3dc4cf5af292057684125aa692f0813a9f5a896d40ce

2020-2021, une année marquée par une pandémie mondiale et l’émergence d’une parole inédite dans le sillage de #MeToo
L’année 2020 a été marquée par l’avènement d’une pandémie mondiale : la crise de la COVID-19, révélatrice et amplificatrice de la situation des femmes en France et dans le monde. Celle-ci a notamment révélé le manque de reconnaissance des métiers du care ou du service aux personnes et a amplifié le déséquilibre dans la répartition des tâches domestiques ainsi que les violences intrafamiliales. De plus, alors que les violences contre les femmes ont augmenté dans la sphère privée, leur parole, dans le sillage de #MeToo, n’a cessé de prendre de l’ampleur pour mettre en lumière les multiples violences auxquelles elles font face dans toutes les sphères de la vie privée et sociale. Cette troisième édition de l'état des lieux du sexisme en France, sans prétendre à l’exhaustivité, rend donc compte de ce double mouvement.
La place des femmes dans la presse écrite : une évolution réelle mais souvent très insuffisante
Les médias constituant l’un des principaux vecteurs de la fabrique des stéréotypes, le HCE a choisi de porter cette année son attention sur le sexisme dans la presse écrite. Cette édition analyse donc à la fois la place des femmes dans les organisations, l’image des femmes et la prise en compte des sujets d’égalité entre les femmes et les hommes dans le contenu des journaux de presse écrite quotidienne nationale et régionale ainsi que dans la presse magazine dite féminine.
Dans l’analyse menée par le HCE, plusieurs constats s’imposent, parmi lesquels :
Une sous-représentation des femmes dans les organisations de presse écrite :
Seulement 30 % de femmes en moyenne occupent des postes dans les rédactions de presse généraliste interrogées et 50 % lorsque sont intégrés les titres de presse féminine
100 % des postes de directeur et directrice de publication sont occupés par des hommes
Une sous-représentation importante des femmes dans les contenus et les représentations graphiques de la presse écrite :
En moyenne, les femmes représentent 23 % des personnes mentionnées et 21 % des personnes citées dans les articles analysés
Il n’y a jamais plus de 30 % d’expertes citées dans les articles analysés
En moyenne, les articles dont un homme est le sujet principal constituent plus de 80 % des contenus analysés


Face à ces constats, le Haut Conseil à l’Égalité formule 20 recommandations parmi lesquelles :




Introduire des quotas de femmes aux postes décisionnaires et à responsabilités éditoriales.

Mettre en œuvre un principe d’éga-conditionnalité via un système progressif de bonus-malus portant sur les aides à la presse.

Se doter de systèmes de comptage, informatisés si possible, sur la composition des rédactions, ainsi que sur les articles publiés dans la presse.

Favoriser la mise en place de formations sur l’égalité professionnelle et sur les violences sexistes et sexuelles dans les rédactions et écoles de journalisme.

Créer un « Observatoire de l’égalité dans la presse » pour récolter les données et accompagner les entreprises de presse dans leur marche vers l’égalité.
Retrouvez les travaux du HCE sur les stéréotypes et les rôles sociaux  


Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Sauter vers:

Mentions Légales : Site animé et géré par Gilles Roman (journaliste indépendant) Rcs LYon en france
Nous écrire - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance